Navigation – Plan du site

Les prisons de Monsieur Dassoucy

Guy Catusse
p. 119-139

Texte intégral

  • 1  Les Rimes redoublées de Monsieur Dassoucy, Paris, Nego, 1671 ; « La Prison de Monsieur Dassoucy » (...)

1Les prisons de Monsieur Dassoucy, dont il sera ici question, renvoient à une réalité vécue et à des écrits suscités par cette réalité. Dans le cadre de ce séminaire consacré aux rapports entre « écriture et prison », mon intervention concernera moins la réalité référentielle des incarcérations de Dassoucy que les textes à travers lesquels il nous la donne à lire dans Les Rimes redoublées (1671), La Prison de Monsieur Dassoucy (1674),  Les Pensées de Monsieur Dassoucy dans le Saint Office de Rome (1676) et « Les Aventures de Monsieur Dassoucy » (1677)1. Insérées dans ces œuvres à caractère autobiographique où elles occupent une place centrale, les pages que Dassoucy consacre à ses séjours en prison relèvent moins du témoignage que d’un usage fortement pragmatique de l’écriture. Elles visent essentiellement trois objectifs étroitement dépendants les uns des autres :

  • affirmer son innocence et dénoncer ceux qu’il désigne comme des calomniateurs ;

  • donner des preuves de sa valeur et de sa dignité en affichant l’excellence de son talent d’écrivain ;

  • séduire, à défaut de convaincre, les personnages influents susceptibles de lui accorder leur aide et leur protection.

  • 2  C’est son ami Eraste qui, dans La Prison de Monsieur Dassoucy , le qualifie de « merveilleux fabri (...)

2Pour mener à bien cette entreprise apologétique, Dassoucy mobilise toutes les ressources de son talent poétique, si bien que l’expérience de la prison qu’il nous donne à lire est entièrement subvertie par la virtuosité de son écriture. Il ne cherche d’ailleurs pas à cacher son jeu de poète, c'est-à-dire de « fabricateur »2 de vérité ; il ne cesse au contraire de l’exhiber dans la « fine raillerie » discordante d’un style qui emprunte souvent – pas toujours, nous le verrons – au registre burlesque, l’essentiel de ses effets.

3Cette posture d’écriture peut paraître, à première vue, aller à l’encontre de la visée apologétique : comment redonner sa respectabilité à un homme qui semble tellement se complaire dans le rôle de bouffon ? En réalité, ce choix d’une écriture caractérisée par l’efficace équivocité du rire est parfaitement en accord avec la stratégie de défense de Dassoucy qui, face aux accusations de sodomie et d’impiété dont il est l’objet, adopte une attitude fondée sur la dérobade et l’esquive, où la raillerie et la pirouette burlesque lui permettent de se défendre efficacement sans avoir vraiment à se renier. En faisant rire son lecteur, il crée un rapport de complicité et de tolérance qui lui évite d’avoir à se justifier davantage. Cette posture bouffonne permet par ailleurs la mise à distance et la déréalisation qui l’autorisent, lui, simple particulier sans légitimité sociale, à écrire, à la première personne, les récits peu édifiants de ses séjours en prison et à les publier en les dédiant au roi, à la reine ou à d’autres personnages placés au sommet de l’État, comme de glorieuses « aventures ».

4Il reste que ce choix d’une écriture fondamentalement biaisée, qui prend presque toujours le parti de la distanciation par le rire et la désinvolture, conduit le lecteur de Dassoucy – celui d’aujourd’hui comme celui d’hier – à s’interroger sur le degré de crédibilité qu’il peut accorder à des œuvres où le témoignage est aussi délibérément recouvert d’un voile de dérision. Pour lire convenablement les écrits de prison de Dassoucy, il convient donc d’éviter un double écueil : chercher à y retrouver la restitution transparente d’une expérience vécue ou, au contraire, les faire entièrement basculer du côté de la fiction et le lire comme on lit Francion ou L’Empire du Soleil, en oubliant que Dassoucy a réinvesti dans ces textes une expérience douloureuse qui n’avait rien de fictif. Je me propose donc d’envisager les textes de prison de Dassoucy tout à la fois comme des re-créations fortement littérarisées et comme des œuvres qui livrent une certaine vérité sur son expérience carcérale.

La réalité référentielle

  • 3  Ce qui ne veut pas dire que ce soit la première dans sa vie. Il existe peu de travaux biographique (...)
  • 4  Les Aventures de M. Dassoucy, op.cit., p. 837-851.
  • 5  La seule source est ici, une fois encore, ce que Dassoucy nous en dit : « mais d’autant que du mom (...)
  • 6  « Voyage de Chapelle et Bachaumont [Voyage d’Encausse] », in Voyages badins, burlesques et parodiq (...)
  • 7  Ibid., p. 61-62 et 67-68.
  • 8  Voir en particulier Les Aventures de M. Dassoucy, op. cit. p. 869-887.

5La première des incarcérations de Dassoucy dont on ait gardé une trace certaine3, son enfermement de quelques jours dans la prison de Montpellier, date de 1656. De cet emprisonnement, on connaît surtout le récit qu’il en a donné dans Les Aventures de M. Dassoucy4. Ce texte a été souvent commenté, mais les événements qu’il rapporte n’ont fait l’objet d’aucune recherche historique sérieuse. Les commentateurs se contentent, pour l’essentiel, de reprendre ce que Dassoucy lui-même a écrit des circonstances de son arrestation, de son séjour en prison et de l’accusation de sodomie qui est à l’origine de cette « aventure ». C’est donc par son récit que nous apprenons qu’il a été libéré au bout d’une dizaine de jours sans avoir été jugé. Il présente cette rapide libération comme une preuve de son innocence, même si l’on peut supposer qu’elle a surtout été le résultat de l’intervention de ses protecteurs. Quoi qu’il en soit, la nouvelle de cette incarcération pour sodomie semble avoir très vite été connue à Paris où, si l’on en croit Dassoucy, on aurait même laissé entendre qu’il avait péri sur le bûcher. Loret en aurait fait un poème qu’il aurait ensuite publié dans La Muze historique. On ne trouve aucune trace de ce texte dans les numéros imprimés de La Muze5. En revanche toute cette affaire de Montpellier est reprise, quelque temps après, dans un récit qui circule sous forme manuscrite avant d’être publié en 1661 : Le Voyage d’Encausse de Chapelle et Bachaumont. « Cette couple de beaux esprits » racontent comment, passant à Montpellier, ils ont appris qu’« on allait brûler d’Assoucy pour un crime qui est en abomination parmi les femmes »6. Ils affirment l’avoir rencontré, fuyant la ville en compagnie d’un « page assez joli » et avoir à nouveau croisé son chemin quelques jours après, à Avignon, où il leur aurait obligeamment proposé de profiter des bonnes dispositions de son « petit page »7. Dassoucy ne cessera par la suite de répéter à l’envi que ce sont ces dénonciations, celle de Loret et, surtout, celle de « l’ami Chapelle », qui sont à l’origine de toutes ses « persécutions »8.

6Il est emprisonné une deuxième fois en novembre ou décembre 1667, alors que, depuis cinq ans, il séjourne à Rome. L’affaire est sérieuse puisqu’il est arrêté, accusé de « blasphème et de propos hérétiques » par le tribunal de l’Inquisition qui le condamne à abjurer et à faire pénitence en prison. Alessio Colarizi a retrouvé et publié l’acte de jugement de Dassoucy, daté du 22 mars 1668 :

  • 9  Cité par Alessio Colarizi, « Dassoucy in Italia », Micromegas, III, 1976, p. 173. «  Contra Carolu (...)

Contre Charles Dassoucy Français, incarcéré en ce Saint-Office pour blasphèmes et propositions hérétiques, concernant aussi bien l’immortalité de l’âme que l’ingestion de viandes aux jours interdits. Proposé la cause, instruit le procès sur le mode sommaire et entendu l’opinion de l’Eminentissime [le Pape], il fut décrété que le dit Charles, après abjuration de levi , soit soumis aux pénitences salutaires et frappé d’une peine de prison9.

7Il restera environ une année dans les geôles de l’Inquisition romaine et en sera libéré à la fin de 1668. Si l’on se fie à ce qu’il nous en dit, c’est pendant cette incarcération qu’il aurait rédigé un traité dans lequel il fait amende honorable, proclame son orthodoxie catholique et dénonce l’athéisme sous toutes formes. Il ne publiera ce texte que bien plus tard, en 1676, sous le titre : Les Pensées de Monsieur Dassoucy dans le Saint-Office de Rome.

  • 10  « Copie d’un procès-verbal contre le musicien D’Assoucy, arrêté le 8 mars 1673 », bibliothèque de (...)
  • 11  « On appelle aussi garçon un valet à tout faire » ( Furetière, Dictionnaire Universel).
  • 12  D’abord incarcéré au petit Châtelet, le 8 mars, Dassoucy est transféré au grand Châtelet le 22 avr (...)

8Revenu à Paris, il est à nouveau emprisonné, en 1673. Nous disposons d’un document qui précise les circonstances de cette incarcération et les accusations de sodomie qui l’ont justifiée. Il s’agit de la copie du procès-verbal de son arrestation le 8 mars 1673. Ce document, découvert par François Rey à la bibliothèque de la Comédie Française et publié par Dominique Bertrand10, contient la déposition de deux enfants de 12 et 13 ans qui déclarent, de la façon la plus précise et la plus crue, avoir été victimes des pratiques sodomites de Dassoucy. Ils l’accusent également d’avoir des relations sexuelles avec deux jeunes « Romains de nation » qui vivent avec lui, Bernard et Antoine. Le procès-verbal précise qu’à la suite de ces dépositions, Dassoucy et ses deux « garçons11 » romains ont été arrêtés et conduits au Châtelet. Dassoucy y restera six mois emprisonné12. Peu de temps après sa libération sans procès ni jugement, il raconte cette nouvelle « aventure » dans un récit en forme de dialogue qu’il publie en 1674 sous le titre : La Prison de Monsieur Dassoucy.

9Voilà tout ce que je peux dire, d’à peu près sûr, des diverses incarcérations connues de Dassoucy. Je voudrais maintenant aborder, de façon plus précise, les textes qui sont nés de ces différents séjours en prison.

Les textes

  • 13  Il avait pourtant obtenu un Privilège, daté du 13 octobre 1670, pour un ouvrage qui devait porter (...)

10Quelques mois après son retour d’Italie, Dassoucy publie, en 1671, un recueil de textes mêlés – pour l’essentiel des poèmes – qu’il a écrits durant son séjour à Rome entre 1662 et 1668 et qu’il rassemble sous le titre Les Rimes redoublées de Monsieur Dassoucy. Dans la dédicace à « Monseigneur le comte de Lauzun, capitaine des gardes du corps du roi » et dans l’« Epître au lecteur » qui suit cette dédicace, il explique qu’il publie ce recueil de façon précipitée, faute d’avoir trouvé un libraire qui accepte d’imprimer13 ce qu’il appelle ses « aventures d’Italie », parce qu’il est devenu urgent pour lui de répondre à la campagne de calomnie dont il est l’objet :

  • 14   Les Rimes redoublées [], op. cit., p. 2.

Je suis le but de l’iniquité des méchans, de l’ignorance des simples et de la malignité des sots ; c’est pourquoi Monseigneur, ayant à me défendre de tant d’ennemis, je n’ay pas besoin d’un moindre protecteur qu’un Capitaine des Gardes du Corps du Roi et d’un Commandant des Armées aussi valeureux que vous de qui l’ombre seule par la forte antipathie que vous avez pour tous ces insectes, peut détruire cette vermine affamée, si piquante et si fatale aux honestesgens 14.

11Et dans l’« Epître au lecteur », après avoir dénoncé les sots qui le poursuivent de leur haine, il déclare :

  • 15  Les Rimes redoublées […], op. cit.,p. 12.

Mon amy lecteur, plutost mourir que souffrir un tel affront, aussi dans la haste que j’ay eu de repousser une telle injure […],attendant que pour désabuser le monde, mes aventures d’Italie viennent à mon secours, j’ai pressé ces enfants de mon burlesque génie de venir au jour pour t’assurer par la ressemblance qu’ils ont avec leurs frères que le père qui les a produits est encore jouissant de la lumière et qu’il fera tous ses efforts pour te servir, te plaire, et te divertir en cette vie15.

12Sur la quarantaine de textes que comporte ce recueil, quatre poèmes et une lettre en prose sont des demandes d’intervention adressées de sa prison du Saint-Office au pape Clément IX, à Louis XIV et à son ambassadeur à Rome, le duc de Chaulnes, au duc de Brissac et à l’abbé Machaut. On trouve dans ces textes, écrits d’une plume tantôt faussement désinvolte, tantôt franchement angoissée, les thèmes attendus : la flatterie à l’égard des dédicataires dont il sollicite l’aide, l’affirmation de son innocence, l’évocation enfin des dures conditions de sa vie en prison et l’appel à la compassion pour un vieil homme (il a 63 ans) qui risque de mourir si on ne le libère pas rapidement. Je reviendrai sur ces thèmes récurrents dans l’analyse que je ferai de La Prison de Monsieur Dassoucy où ils sont également présents. Je donnerai ici un seul de ces appels à l’aide, que je choisis pour sa tonalité dramatique assez inhabituelle chez Dassoucy, et l’accent de vérité qui s’en dégage :

Lettre escrite dans l’inquisition à son E. Monseigneur le Duc de Chaunes 
Ensevely dans les Tenebres d’une nuict profonde, au milieu d’une Mer orageuse ou ma vieille barque sans Voile, sans Mas et sans Timon, n’a plus tantost qu’une Ancre, je regarde parmy ces flots irritez si je ne verray point ces saints Elmes qui ont accoûtumé de se montrer sur la fin de l’orage, mais au lieu de ces feux benins Messagers de la Bonace, je ne voy que l’escume des vagues mugissantes qui à la lueur des éclairs d’un Ciel armé de foudres et de tempestes ne me presentent que des gouffres et des precipices. Dans cette confusion je jette mes yeux sur Farneze ou ne voyant encore paroistre aucun de ces Phares que la Pitié des hommes tient allumés toutes les nuicts en faveur des miserables, ne pouvant croire à mes yeux, je les accuse d’infidelité et indigné contr’eux j’ay recours à mes oreilles, que je tiens tous les jours aux écoutes ; mais helas que vous autres vivans qui joüissez du doux present de la lumiere avez peu de soucy de nous autres ombres et qu’il est difficile aux esprits sousterrains de sçavoir des nouvelles de l’autre monde. Dans ces tristes lieux consacrez au silence ou ce Dieu muet fait tout trembler sous la severité de ses Loix, bien loin de sçavoir si votre E. est à Paris où si elle est encore à Rome, je ne sçais pas sçeulement si la nature y a toûjours son train et si le Soleil fait tousjours son cours, cela n’empesche pas Monseigneur qu’en quelque partie du monde que votre E. se retrouve je ne me recommande à ses bonnes prieres

13La phrase suivante a été ajoutée au moment de l’édition, en 1671 :

  • 16  Ibid., p. 99-100.

Je n’osois pas prier davantage car en ces lieux il n’est pas permis de demander secours16.

14Il n’est plus question, dans cette lettre en prose, de « burlesque génie », et la flatterie convenue a cédé la place au reproche et à l’anxiété devant le sentiment d’abandon qui s’empare du prisonnier.

  • 17  Les Rimes redoublées [] op. cit., p. 67.
  • 18  Évêque français fondateur des missions catholiques en Extrême-Orient et membre influent de la Comp (...)

15Outre ces textes envoyés de prison comme autant d’appels à l’aide, on trouve dans Les Rimes redoublées le récit rétrospectif de son emprisonnement dans le Saint-Office. Ce texte, écrit en 1671, est contemporain de la dédicace à Lauzun et il répond aux mêmes objectifs d’autojustification. Dassoucy, dans ce récit, ne dit rien de son incarcération elle-même ; il se contente d’affirmer son innocence et de dénoncer les responsables de son injuste incarcération : certains prélats romains désireux de se venger des vers qu’il avait écrits « contre l’economie qui semble estre naturellement attachée à la robe longue »17, et plus particulièrement l’évêque d’Héliopolis, Pallu18, qu’il accuse d’avoir persuadé le pape

  • 19  Les Rimes redoublées [], op. cit., p. 68.

que puisque j’avois esté si hardy de parler si peu dignement de la robbe dans un lieu ou elle doit estre respectée, qu’on ne manqueroit pas de trouver des choses encore plus libres si on visitoit les écrits que je me preparois de rapporter en France19.

16Ce serait donc, selon lui, pour avoir dénoncé les tares du haut clergé romain, et non pour impiété ou mauvaises mœurs, qu’il aurait été incarcéré. Quant à sa libération, elle ne serait due à rien d’autre qu’à son innocence enfin reconnue par le pape lui-même :

  • 20  Ibid., p. 70.

 […] comme j’estois dans les mains du feu Pape Clément IX non seulement prince tres-juste et tres-Saint mais tout à fait éclairé et fort ennemy de la superstition et de la cagoterie, comme ils [les religieux responsables de son incarcération] m’avoient traitté d’ennemy sans me connoistre, ils me traitterent d’amy apres m’avoir connu, ils me sortirent donc de ce pieux Enfer20.

17Cette libération est présentée comme aussi soudaine et aussi arbitraire que son arrestation : il doit bien être entendu qu’il est la victime innocente de la vengeance des prélats qui ne lui pardonnent pas ses écrits satiriques. Il raconte encore que, quelques temps après,

  • 21  Ibid. p. 71.

ce Saint et genereux Pape […] me voulut voir à son audiance ou apres luy avoir baisé les pieds et presenté quelques vers, il me regala d’une fort belle medaille d’or où estoit son portraict et m’accompagna de tant de benedictions et d’indulgences qu’il ne faut pas s’estonner si depuis ce temps là j’ay si bien profité21.

18On a là un nouvel exemple du système de défense de Dassoucy : substituer la drôlerie et la pirouette impertinente à l’aveu des véritables raisons de sa libération, laquelle, on s’en doute, doit moins à la reconnaissance de son innocence par Clément IX qu’à l’intervention de puissants protecteurs et, vraisemblablement, aux gages d’orthodoxie qu’il donne en écrivant Les Pensées dans le Saint-Office de Rome.

19Quand, en 1671, dans Les Rimes redoublées, il fait le récit de son incarcération, il ne dit pas un mot de ces Pensées pourtant censées avoir été écrites, comme le titre de l’ouvrage l’indique, dans la prison du Saint-Office. Il ne les publiera qu’en 1676, précédées d’une dédicace « A la Reyne », qui commence ainsi :

Madame,

  • 22  Les Pensées [], op. cit., p. 323.

Ces pensées de la Divinité ne sont point de moy, je les tiens de la Divinité mesme, qui me les a inspirées dan le Saint-Office de Rome. Au sortir de cette sainte captivité, le feu pape Clement IX les vid, et les estima d’autant plus dignes de quelque consideration que ces veritez éclatantes estant assez éloignées de la portée des hommes éclairez, surpassent sans doute la capacité d’un homme ordinaire comme moy22.

  • 23  Voir Jean-Pierre Cavaillé, art. cit.

20Ce pieux écrit répond point par point aux accusations qui ont justifié la condamnation de Dassoucy par le tribunal de l’Inquisition : avoir blasphémé et tenu des propos hérétiques sur l’immortalité de l’âme. Inspiré par « la Divinité mesme », Dassoucy proclame avec ostentation sa foi en Dieu et sa croyance en l’immortalité de l’âme, et dénonce toutes les formes d’athéisme, particulièrement celle, parfaitement méprisable, de ses anciens amis libertins Cyrano de Bergerac et Chapelle23.

  • 24  Ainsi le qualifie-t-il dans La Prison [], op. cit., p. 405.

21Ces Pensées posent bien évidemment la question de la crédibilité à accorder à un texte que son auteur écrit du fond de son cachot et dont il attend une rapide libération. On peut comprendre que, pour échapper aux dures conditions d’incarcération qui lui sont faites et à la perspective de finir ses jours dans la prison du Saint-Office, Dassoucy n’hésite pas à faire amende honorable en rédigeant un texte qui semble contredire tout ce qu’il écrit par ailleurs. Le lecteur qui préfère l’image d’un Dassoucy libertin à celle d’un Dassoucy bigot sera d’autant plus enclin à se montrer compréhensif devant cette palinodie que l’écriture de ce « Traité de la Divinité »24, en discordance manifeste avec la dignité du sujet, peut laisser deviner une attitude duplice où le contenu orthodoxe de la réflexion théologique est démenti par la naïveté équivoque et burlesque de l’expression. Je n’en donnerai qu’un seul exemple, parmi bien d’autres possibles. Il s’agit d’un extrait de la dernière page du texte et, en cela, ce qui y est écrit prend un relief tout particulier :

  • 25  Les Pensées […], op. cit., p. 371-372.

Si vous aviez un valet qui eust assez d’estime pour vous, et qui fist tant d’estat de vos paroles, que vous lui puissiez faire croire que ce qui est vert est blanc, et que ce qui est blanc est jaune ; et qu’il eust si bonne opinion de vostre esprit et de vostre merite, que pour faire honneur à ce que vous avez dit, il dementist sa propre veuë, et renonçast à sa propre experience, pour deferer à vostre sentiment, quoy que vous vissiez clairement que ce pauvre garçon se trompast,son ignorance ne vous seroit-elle pas agréable […] ? de mesme, quand pour faire honneur à celuy qui jadis mua l’eau en vin, et qui peu bien encore changer le pain en sa propre substance […] l’homme tenant ce pain sur ces Autels, connoist au toucher que ce qu’il touche et qu’il manie c’est du pain ; que ses yeux l’en asseurent,et que son gout lui confirme, peut-il jamais rendre à son Dieu un plus grand temoignage de sa soûmission ?et peut-il jamais mieux luy faire connoistre l’estime qu’il fait de sa puissance, qu’en renonçant à sa propre raison, à son expérience, et à ses propres sens ? […] Que nous couste-t-il de rendre cét hommage à sa grandeur ? Et pourquoy mettre tout à feu et à sang, pour empescher que tant d’honnestes gens abusez ne rendent ce tribut à sa gloire ; puisque, au pis aller, quand il ne serait pas dans ce Pain, cette precieuse ignorance, qui nous abaisse devant le Trône de sa grandeur, ne sçauroit estre qu’agreable à celuy qui se rit de toute notre science ? Quelle pitié, quel aveuglement, de disputer s’il y est ou s’il n’y est pas ; puisque le point ne consiste pas à sçavoir s’il y est mais à croire à sa parole25.

22Comment ne pas lire de la duplicité dans cette façon assez peu orthodoxe de parler du mystère de la transsubstantiation ? Comment prendre totalement au sérieux l’excès de zèle naïf de ce prêche en faveur d’une foi aveugle et sourde qui exige l’absolue démission de la raison ? Et comment comprendre la désinvolte pirouette narrative qui termine cet étonnant traité de théologie par ces mots :

  • 26  Ibid., p. 372.

Voilà, cher Lecteur, de quoy je m’entretenois dans ma Sainte Solitude, et dont je te fais part. Mais j’entends une voix tonnante, avec un grand bruit de clefs : c’est mon Geolier, qui me vient donner le bonsoir, et éteindre ma chandelle ; il ne m’est pas permis d’écrire davantage que ce mot, Croy26.

  • 27  « Obscurité se dit aussi, au figuré, des écrits, des discours qui ne sont pas fort intelligibles.  (...)

23Est-ce qu’il serait tout à fait abusif de considérer que cette façon de terminer l’ouvrage par une fiction – dont l’énonciation est par ailleurs assez incohérente – jette la suspicion sur la sincérité de l’œuvre tout entière et renvoie cette pieuse méditation au monde de la fable ? Est-ce qu’on ne pourrait pas donner aux derniers mots « il ne m’est pas permis d’écrire davantage que ce mot, Croy», un sens différent de celui qu’ils paraissent avoir à première lecture ? Non pas : je ne peux pas continuer à écrire parce que le geôlier vient éteindre ma chandelle et que je n’y verrai bientôt plus rien, mais : je ne peux pas en écrire davantage parce que, dans cette prison où je suis plongé dans l’obscurité, au sens figuré du terme27, je n’ai d’autre choix que de proclamer cette foi du charbonnier.

  • 28  La Prison [], op. cit. p. 405.
  • 29  « A la Reyne », Les Pensées […], op. cit., p. 324.

24En tout état de cause, ce que l’on est pour le moins autorisé à dire, c’est que l’écriture discordante de Dassoucy pose de redoutables problèmes d’interprétation. Comment comprendre, par exemple, qu’une œuvre apparemment aussi ambivalente, ait pu être publiée à Paris, en 1676, précédée d’une dédicace à la très catholique reine Marie-Thérèse ? Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que Dassoucy utilise ce texte pour s’attirer les bonnes grâces de protecteurs connus pour leur piété. Dans La Prison, en 1674, il affirmait déjà avoir donné à lire son « Traité de la Divinité » à « l’aisné de Messieurs de la Barre de chez le roi » et à « Madame l’Abesse sa sœur », qui l’avaient, tous deux, favorablement accueilli. « Depuis, [précisait Dassoucy], ce Monsieur de la Barre, chéry pour sa vertu et renommé pour ses pieux écrits, ne m’abandonna jamais d’un seul pas »28. Ces usages successifs troublent l’interprétation que l’on peut avoir de ce texte retors. Ils nous obligent sans doute aussi à nuancer les clichés par lesquels l’on se représente, habituellement, le fonctionnement de la société absolutiste et de ses marges. Est-ce que l’essentiel, pour l’Église comme pour l’État, n’est pas dans la conformité apparente du message public ? Peu importe alors la sincérité et les ambiguïtés de ce que dit Dassoucy pourvu que son texte, pris à la lettre, publie la critique en règle de l’athéisme, qu’il y dénonce ses anciens compagnons libertins et qu’il proclame l’orthodoxie de sa foi. Croyance pour croyance, les représentants du pouvoir politique et du pouvoir religieux peuvent, sans grand dommage, faire semblant de croire à la sincérité de l’auteur de ces « pensées de la Divinité »29. Un texte comme celui-ci, écrit par un homme de la réputation de Dassoucy, peut fort bien servir le combat des dévots, ne serait-ce que parce qu’il permet de discréditer, à travers la palinodie burlesque de son auteur, la bande de ces « esprits forts » dont les convictions s’effondrent devant la première menace.

25C’est bien ainsi que, sans aucun recul critique, Victor Fournel le lira, deux siècles plus tard :

  • 30  Vincent Fournel, La littérature indépendante et les écrivains oubliés, Paris, Didier, 1862, p. 247

Lisez Les Pensées du (sic) Saint-Office si vous voulez savoir jusqu’à quelle profondeur de mysticisme et de mélancolie peut descendre l’âme d’un bouffon qui a peur30.

26Pour en terminer avec les interrogations suscitées par cet ouvrage décidément bien problématique, j’ajouterai que rien ne nous permet d’affirmer que l’ouvrage publié à Paris en 1676, est la simple reprise du texte que Dassoucy prétend avoir écrit dans « le Saint-Office de Rome », en 1668. Une fois encore, notre seule source d’information est ce qu’il en a dit lui même.

  • 31  Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique, Paris, Le Seuil, 1975
  • 32  « J’estois sur le point de retourner en France et sans me souvenir que je n’estoit point à Paris, (...)

27On retrouve les mêmes incertitudes concernant la rédaction des Aventures de Monsieur Dassoucy dans lesquelles notre auteur-narrateur-héros31 raconte son emprisonnement à Montpellier. Dans Les Rimes redoublées, Dassoucy nous apprend que c’est à Rome, et avant même sa condamnation par le tribunal de l’Inquisition, qu’il a commencé à rédiger ce qu’il appelle ses « adventures d’Italie »32. On a vu qu’il aurait souhaité faire imprimer ce récit dès son retour à Paris mais qu’aucun libraire ne l’avait alors accepté. Il lui faudra attendre 1677, la veille de sa mort, pour pouvoir enfin le publier. Cet ouvrage est donc le premier des textes « autobiographiques » de Dassoucy à avoir été écrit, et le dernier à avoir été publié. Comme c’est le plus connu, le plus commenté et, aujourd’hui, le plus accessible depuis que Jacques Prévot l’a publié dans le premier volume de La Pléiade consacré aux Libertins du XVIIe siècle, je me contenterai d’en présenter à grands traits la singularité par rapport aux autres écrits de prison de Dassoucy.

28Ce qui donne son efficacité particulière au récit de cette première incarcération qui occupe les chapitres 3, 4 et 5 de la deuxième partie des Aventures, c’est qu’il est pris dans la dynamique de l’ensemble du dispositif narratif d’une œuvre tout entière organisée autour de l’affaire de Montpellier.

  • 33  Ibid., p. 783.
  • 34  Ibid., p. 840.

29La première partie de l’ouvrage (à l’origine, elle correspondait au premier volume d’une édition qui en comptait deux), participe à la mise en perspective du récit de l’emprisonnement lui-même, à travers trois aventures-clefs qui en sont comme le prélude : la rencontre de Dassoucy avec le joueur « Filou », figure sympathique d’un escroc semblable à ceux qui seront plus tard ses compagnons de cachot ; l’enfermement de notre héros dans la prison dorée de l’hospitalité que lui offre un marquis pendant sa traversée de la Bourgogne, et qu’il s’empresse de fuir parce que, dit-il, « [je] suis plus ami de ma liberté que des bons morceaux et que de la bonne chère »33 ; sa confrontation, enfin, avec le « cuistre cagot » Triboulet dont la sottise, la méchanceté et l’hypocrisie annoncent celle des « catholiques à gros grain »34 de Montpellier.

30La deuxième partie des Aventures, est introduite par la longue « Epître à Messieurs les sots, tant ultramontains que citramontains » écrite au moment de la publication de l’ouvrage, en 1677. Dans cette vigoureuse diatribe en prose, Dassoucy dénonce ceux qui n’ont pas cessé, nous dit-il, de le persécuter depuis son enfance et qui l’ont, par trois fois, envoyé en prison, à Montpellier, à Rome et au Châtelet. Les cinq chapitres qui suivent cette Epître à Messieurs les sots – dont les deux premiers évoquent les « persécutions » de son enfance, et les trois autres l’affaire de Montpellier – sont explicitement présentés comme le récit de deux exemples d’un même acharnement à lui nuire :

  • 35  Les Rimes redoublées […], op. cit., p. 828.

Dieu nous garde de l’approche des fous, et plus encore de la sottise du peuple, qui est souvent plus dangereuse que sa fureur. Dès mes plus tendres années j’en avais déjà fait une merveilleuse épreuve parmi le sot peuple de Calais, et j’en fis cette fois une autre encore bien plus étrange parmi le sot peuple de Montpellier, et comme ces deux admirables aventures ont beaucoup de rapport ensemble […] je veux te divertir par le plaisant récit que je te vais faire de ces deux plaisantes rencontres35.

31Après quelques pages où il nous raconte comment, libéré de prison sans jugement, il a poursuivi son voyage vers Turin, Dassoucy revient sur les conséquences de son incarcération et consacre les deux derniers chapitres de son ouvrage à une violente dénonciation de son ancien ami Chapelle coupable, nous l’avons vu, d’avoir mêlé sa voix à celle du « sot peuple de Montpellier » en l’accusant ouvertement de sodomie. C’est donc, au total, sept des dix chapitres que compte la deuxième partie des Aventures qui concernent, de façon plus ou moins directe, cette affaire de Montpellier dont il n’est par conséquent pas excessif de dire qu’elle est l’événement majeur autour duquel est organisé l’ensemble de l’ouvrage.

  • 36  Voir Emmanuelle Lesne-Jaffro, « Le récit de prison de Dassoucy », dans  Avez-vous lu Dassoucy ?, o (...)

32La troisième œuvre de Dasssoucy inspirée par son expérience carcérale, La prison de Monsieur Dassoucy, se présente comme le récit, à la première personne, d’une rencontre entre l’auteur-narrateur qui vient tout juste de sortir de la prison du Châtelet, et un ami fictif au nom prédestiné, Eraste (celui qui aime). En fait la narration elle-même, réduite à quelques lignes, sert essentiellement à encadrer le dialogue entre les deux amis. C’est à travers cet échange complice, où alternent la prose et les vers, que Dassoucy évoque, dans une progression qui suit l’ordre chronologique des événements : son arrestation, son séjour en prison, sa libération sans jugement et, pour finir, les calomniateurs susceptibles d’être à l’origine de cet emprisonnement selon lui injustifié. Cet ouvrage, original et d’un grand intérêt littéraire36, offre une sorte de synthèse des thèmes qui sont au cœur des écrits de prison de Dassoucy et que je voudrais maintenant présenter.

« Avec un peu de plume et d’encre »

33Dassoucy rappelle d’abord les contraintes et les limites fixées à son activité scripturaire. À Eraste qui l’interroge sur ses occupations en prison, il déclare qu’il se divertissait surtout en jouant aux cartes et en faisant de la musique ; et quand son ami insiste : « Mais […] ne donniez-vous point, durant une si longue oisiveté un peu de carrière à vostre plume », il lui répond de façon sibylline :

  • 37  La Prison […], op. cit., p. 410.

Quelques fois mais rarement ; [...] j’évitois ce qui pouvoit nuire à ma santé et alterer mon temperament. Je ne laissois pas pourtant d’écrire à mes amys, et de composer quelques lettres, pour obliger mes Juges à penser à moy37

34Entendons que la seule action d’écriture prudente et utile quand on est en prison est celle qui consiste à lancer des appels à l’aide à ses amis et à ses juges. Toute autre production d’écrits comporte une part de risque que ne souhaite pas courir celui dont la « santé » et le « tempérament » sont déjà suffisamment altérés par les conditions d’incarcération.

35Contrairement à ce qu’il avait fait dans Les Rimes redoublées, Dassoucy ne publie aucune des lettres qu’il dit pourtant avoir adressées à ses amis et autres soutiens influents. On peut voir dans cette absence délibérée de publication, le soin mis par l’écrivain à ne pas se répéter. Si, d’une œuvre à l’autre, les thèmes sont communs, la forme, elle, se doit d’être renouvelée. Une fois sorti de prison, l’enjeu de l’action d’écriture est déplacé : il s’agit maintenant de séduire son lecteur en exhibant son savoir-faire de poète et non plus de lancer, aux quatre coins de Paris, des appels au secours. On ne trouve donc, dans La Prison de Monsieur Dassoucy que des textes envoyés à ses « juges ». J’en donnerai un seul exemple que je choisis pour la leçon de justice qu’il contient et la gravité inhabituelle du ton que souligne l’emploi, tout aussi rare, du sonnet classique en alexandrins. Ce poème est adressé au lieutenant criminel Deffita :

  • 38  Ibid.

A MONSIEUR DEFFITA
Lieutenant c….
SONNET
Toi qui sans te lasser, nuit et jour en ces lieux,
Fais aux crimes hideux une si rude guerre,
Et qui, pour écraser ces hydres furieux,
Comme un autre Jupin porte en main le tonnerre,
Magistrat sans pareil, ministre glorieux,
Etouffe les serpents, brise comme du verre
Ces dragons ennemis des hommes et des dieux,
Et peuple les Enfers des monstres de la terre.
Mais usant ici bas des foudres de ton roi,
Si tu sais que là-haut un plus puissant que toi
Veut que du sang des siens tes faits lui soient comptables,
N’use au gré des mortels de ton glaive puissant ;
Il vaut mieux en un jour absoudre cent coupables
Que dans un siècle entier perdre un seul innocent38.

36La « pointe » par laquelle Dassoucy termine superbement son sonnet n’a rien perdu, trois siècles après, de sa grandeur, ni de son universalité.

  • 39  La Prison […], op. cit., p. 381.
  • 40  Ibid., p. 390.

37La dénonciation des conditions de détention des prisonniers est le deuxième grand thème présent dans le récit que Dassoucy fait de son incarcération. Le séjour au « cachot » est tout particulièrement éprouvant pour cet homme de 68 ans qu’on a envoyé au petit Châtelet « respir[rer] durant six mois l’air infect de la plus puante Prison qui fût jamais »39. Accumulation de souffrances physiques, humiliations répétées, sentiment d’être abandonné de tous, angoisse de la mort…, on pourrait multiplier les passages où Dassoucy évoque, tantôt sur le mode burlesque ou badin, tantôt de façon plus dramatique, les douleurs vécues dans ce qu’il appelle le « lieu du désespoir»40. Voici, par exemple, le récit qu’il donne de son arrivée « en Enfer » où le conduit un geôlier « gros, court et carré » :

  • 41  Ibid.

 […] ce geôlier court et carré, qui étoit jeune et fort, sans considerer ny la saison ny la qualité du lieu, ny la grandeur de mon âge, m’osta sans avoir pitié de mes cheveux blancs, mon manteau qui étoit autant que de m’oster la vie. Aussi dans la juste apprehension que j’avois de la mort, je me jettai à genoux devant luy, pour l’émouvoir à compassion ; mais les grandes ames, comme étoit celle de ce Guichetier, ne sont point capables de ces tendresses, il emporta genereusement mon manteau sur ses épaules et me dit que cet ordre lui avoit esté donné. […] Enfin le froid m’ayant saisi par tout le corps, pour ce que j’étois presque tout nud dans un lieu trés froid et trés humide, je me jettay sur un peu de paille que je regarday, non pas comme mon lit mais comme mon tombeau, que la fortune m’avoit préparé pour finir ma misérable destinée. Je m’ensevelis donc dans cette couche de paille ou plutost dans cette couche de fumier où comme dans un Sépulcre, étendu de mon long, comme un homme frapé de la foudre, je demeuray quatre jours sans remuer ny pieds ny mains, ny sans prendre aucun aliment41.

  • 42  Voir l’incipit du récit : « Après avoir respiré, durant six mois, l’air infect de la plus puante P (...)

38Mais Dassoucy n’en reste pas à cette dénonciation des conditions de vie dans les prisons royales42. Il met également en cause la justice dont il dénonce la partialité avec laquelle elle traite les justiciables en fonction de leur situation sociale. C’est Eraste, l’honnête homme qui, significativement, exprime le mieux ce sentiment d’injustice :

  • 43  Ibid., p. 385.

 […] si la comparaison que l’on fait des Loix avec les toiles d’araignées est juste, […] les gros taons passent au travers et les petits moucherons y demeurent attrapez43.

39Cette inégalité de traitement entre les « gros taons » et les « petits moucherons » se retrouve dans l’enceinte de la prison. Les pauvres qui ne peuvent pas payer leur nourriture, doivent se contenter du « pain du roi » et de l’aumône des œuvres de charité. En attendant que son ami Louis Béjart (le frère de Madeleine) lui vienne en aide en lui faisant parvenir, dans son cachot, « une bouteille de vin, un pain de Sigovie, avec un plat d’épinars », Dassoucy a dû se contenter de ce « pain du roi ». Quant aux pieuses visites de ceux qui accomplissent leurs bonnes œuvres d’âmes charitables, il en parle avec une ironie méprisante et indignée :

  • 44  La Prison […], op. cit., p. 391.

Une pieuse compagnie,
Toute de charité remplie,
Chaque semaine au moins deux fois,
Pour nous guérir de la pepie,
Nous portoit en ceremonie
Dans un flacon chopine à trois,
Et pour nous faire chère lye,
Et nous traiter en petits rois,
La vieille main d’une harpie
Nous régalloit de quatre noix
Non pour nous conserver la vie,
Mais pour nous conserver la voix,
Et de très-beaux et trés bons pois
Propres à nostre Infanterie,
Pour tuer tous les Hollandois44.

  • 45  « Préau se dit au figuré d’une cour de prison où on laisse aller les prisonniers pour prendre l’ai (...)

40En revanche quand, après 21 jours de cachot, il est enfin conduit sur le « préau »45, Dassoucy découvre alors les conditions de vie réservées aux riches emprisonnés, comme ce comte de Saint V***** qui l’invite, comme musicien, à partager les plaisirs de sa vie de prisonnier privilégié :

  • 46  Il s’agit des deux jeunes garçons qui ont été arrêtés avec lui, pour pratiques sodomites. Cf. supr (...)

Monsieur le comte de Saint V***** ne contribuoit pas peu à ma felicité, tant par ses bienfaits que par les charmes de ses belles qualitez et par ses grands pastez de jambons […]. Comme il aimoit extrêmement la symphonie, et que les plus vertueux de Paris lui donnoient de charmantes visites, ce n’estoit dans son appartement que Festins et que Musique, où Mademoiselle de Cartillis, moi et mes enfants46 avions bonne part.

  • 47  La Prison […], op. cit., p. 403-404.


Langue de Boeuf, Poule et Dindon,
Avec le Pasté de jambon,
La Perdrix et la Tourterelle
Ne plaisoient pas moins à Nanon
Que le son de ma chanterelle (…)
On pouvoit dire avec raison,
Quoy que la prison soit cruelle,
Qu’il est quelque douce prison,
Au moins s’il n’en est point de belle47.

41Derrière cette inégalité de traitement, c’est toute une société qui se profile. Il ne faut naturellement pas chercher dans l’œuvre de Dassoucy une remise en cause d’un système social dont il sait, par ailleurs, parfaitement tirer profit. Mais cela ne l’empêche pas, à l’occasion, de dénoncer les « gros taons » qui écrasent de toute leur puissance et de tout leur mépris les « petits moucherons » et d’exprimer sa sympathie et sa compréhension, à ses malheureux compagnons d’incarcération. C’est parmi eux qu’il rencontre la véritable charité dans la personne du vieil homme pieux qui partage son cachot et l’empêche littéralement de mourir de froid en lui offrant ses vêtements :

  • 48  La Prison […], op. cit., p. 400.

 […] ce charitable barbon, qui, pour me garantir du froid, m’avoit toujours couvert de son  manteau, me revetit encore d’une vieille robbe qu’il avait quittée ; et pour comble de generosité, il m’arma les deux jambes d’une grosse paire de bas. En effet il me paroissoit un homme bon et charitable : et, quoy qu’il fust presque toujours attaché à la lecture ou à la priere, je croy qu’il n’y avait point d’hypocrisie en son fait48.

  • 49  « Enfants de la matte, des frippons qui sont élevés parmi les matois et les filous. » (Furetière, (...)

42Voilà qui contraste avec la mesquinerie, et le mépris des riches visiteurs de prison, cette « pieuse compagnie»venue hypocritement, « en grande ceremonie », accomplir à peu de frais son devoir de charité. Au-delà même de la figure biblique de ce compagnon de cachot qui n’hésite pas à se dépouiller de ses vêtements pour les offrir à plus souffrant que lui, la sympathie de Dassoucy va à tous ceux qu’il nomme, avec une affectueuse ironie, « Messieur les chevaliers de la Serpette » (p. 381), « Messieurs les clercs de la Basoche » (p. 413) ou encore les « Enfants de la Matte »49 (p. 411).

43C’est leur compagnie qu’il recherche sur « le préau » quand il en a assez de discuter avec les « gens d’esprit » :

  • 50  La Prison [], op. cit., p. 409.

 […] je ne manquois pas de conversation ; et quoy qu’elle fust bornée à trois ou quatre gens d’esprit, quand j’estois las d’oüir les belles choses, je m’allois divertir avec Messieurs les Chevaliers de la Serpette. Je prenois plaisir à les interroger sur le sujet de leurs disgraces ; et quoy que la plupart fussent criminels, je trouvais que les plus méchans n’estoient pas dans les prisons ny dans les Galeres, mais dans les Palais les plus superbes et dans les carrosses les mieux dorez. Quelques fois je leur faisois des visites et leur composois des lettres dont on auroit fait un recüeil plus gros que les lettres de Balzac et de Voiture. Aussi avoient-ils une si particuliere reverence pour moy que bien que je n’eusse ny chausses ny pourpoint, et que faute de deux boutons, je fusse contraint d’attacher mon justaucorps avec deux épingles, il n’est pas croyable l’estime que tous ces miserables me témoignoient : aussi je puis dire sans vanité que, dans cet estat, j’estois au moins le Diogene de la prison si je n’estois pas le Diogene du siècle50

44Telle est, plaisamment mais amèrement croquée, la figure du vrai philosophe : celui qui sait ce que valent les hiérarchies sociales et que, un tel vit dans un palais, qui mérite les galères, alors que tel autre croupit misérablement en prison, qui n’est coupable que de ne pas être né assez riche pour échapper à la justice et au mépris des puissants. À travers l’importance que Dassoucy donne à la reconnaissance et à « l’estime » que lui manifestent ces « Messieurs de la serpette » on peut lire l’affirmation d’un jugement éthique, sinon d’une vision sociale, qui ne manque pas de panache sous la plume d’un homme – je parle ici de l’écrivain, pas du personnage – qui sort de prison et dont l’objectif est de publier sa respectabilité.

La figure de Dassoucy en prisonnier

45Cette exhibition de soi à laquelle on assiste tout au long de ce récit est, à l’évidence, une construction de l’auteur dont l’objectif n’est pas de nous dire la vérité sur sa personne mais de prendre place dans sa stratégie de défense et d’autojustification. Ici, comme dans tous les autres textes dont j’ai parlé, se pose la question de la référence autobiographique. Qui est « Monsieur Dassoucy » ? Comment distinguer ce qui se réfère à la personne de l’écrivain de ce qui compose le caractère imaginaire de son personnage ? Que nous livre, du « vrai » Dassoucy, l’écriture de cet autoportrait ? Et que masque-t-elle derrière l’autodérision de sa « fine raillerie » ? Le texte ne livre pas de réponse univoque à ces questions et mon intention n’est pas d’essayer de distinguer entre la part de vérité et la part de création poétique. Je me contenterai donc de rassembler les traits dominants de cette présentation de lui-même que nous propose « Monsieur Dassoucy », sans chercher davantage à séparer – si tant est que cela soit possible – ce qui relève du masque de ce qui, au-delà de la création poétique révèle une part de la vérité du poète.

  • 51  Joan Dejean, Libertines Strategies, Ohio state university press, 1981.

46La première caractéristique de cet autoportrait en prisonnier que nous présente Dassoucy, c’est son innocence. À longueur de textes et de dédicaces, dans tous les ouvrages dont il a été ici question, Dassoucy ne cesse de se proclamer la victime innocente des « méchants » et des « sots ». La persécution est, sans doute, un lieu commun de la littérature libertine51 ; mais, dans le cas de Dassoucy elle a été une réalité avant d’être l’objet d’un récit. Les dénonciateurs ont bien existé, au tout premier rang desquels figurent les plus tenaces et les plus dangereux : les dévots à l’affût de toutes les hétérodoxies, religieuses, morales ou sexuelles. Dans l’épître dédicatoire de La Prison à Louis XIV, Dassoucy en dresse un portrait ironiquement satirique et vengeur :

  • 52  La Prison [], op. cit., p. 336.

Il me semble, qu’il est bien difficile de s’imaginer
Que des ames toutes de lait
Aussi blanches que leur collet,
Toujours en extase ravies,
Et de vertu toutes remplies
Des gens triez sur le volet,
Qui vont tous les jours à Complies
Et qui disent leur Chapelet
Qui méprisent le lit molet,
Et reposent sur des orties,
Ayent eu l’esprit assez laid
Pour contraindre à la calomnie
A détruire un pauvre petit argoulet
Qui fut tout le temps de sa vie
Leur très-obéissant valet52 .

47D’un texte à l’autre, Dassoucy reste constant dans l’affirmation de son innocence et la dénonciation de ses calomniateurs. Il n’y a aucune place, dans ses écrits de prison, pour l’expression d’un quelconque sentiment de culpabilité. Quant à l’accusation de sodomie, il la nie, mais ne la passe pas sous silence. Il y fait au contraire à plusieurs reprises allusion, le plus souvent sur le mode équivoque de la dérision qui est sa façon habituelle d’échapper au jugement du destinataire de son texte en le contraignant, par le rire, à passer de la réprobation du moraliste à la bienveillante complicité du lecteur. C’est, par exemple, le cas dans le récit que Dassoucy fait de son premier contact avec le redoutable geôlier « court et carré » venu l’enfermer dans son cachot du Châtelet,

un homme gros, court et carré, vint à moy, qui, avec un visage farouche, aprés m’avoir mis les mains dans les chausses, et défait mon éguillette, tira de sa poche un grand coûteau, dont le tranchant me paraissait bien affilé.

Lors le voyant d’un œil effaré
Cét homme gros, court et carré,
Mettre la main où se retire
Le fruit à l’amour consacré,
Je crus que cét étrange sire
Vouloit, à ce fait preparé,
Punir, par un nouveau martyre,
Avec ce tranchant aceré,
Le délinquant qu’on vouloit frire,
Qui n’en deplaise à l’ouïr-dire,
Etait alors fort retiré.

  • 53  Ibid., p. 389-390.

Mais je revins incontinent de cette défaillance ; car il me fit bien connoistre qu’il n’en voulait qu’au ruban de mes chausses, qu’il me coupa, apres avoir pris le cordon de mon chapeau53.

48Parfois cependant, le rire se fige pour laisser place à la colère et à l’indignation, comme dans ce passage où il évoque le plaisir qu’aurait éprouvé la cohorte des vertueux, à le voir périr sur le bûcher :

  • 54  Le dictionnaire de l’Académie française (1694) dit : « Cotret. Petit faisceau de bois rond.[…] Le (...)

ah ! qu’un poëte bien rosty et prest d’être boucanné au gré d’un riche impertinent, est un met savoureux et delicat ! Les Dieux en cette rencontre eussent esté jaloux de la felicité des coquins ; il n’y eust eu  point de Cloris et d’Amarilis qu’y n’y eust apporté son fagot, ny de si laide et si vielle megere qui, pour venger le beau sexe n’eust fait la dépense d’un cottret54 ; mon Dieu !

  • 55  La Prison [], op. cit. , p. 386.

Quel ravissement extatique !
Qu’elle eust eu de joye à son tour,
Venus et sa troupe arcadique,
De voir ardre en place publique
Un hérétique en fait d’amour55 !

49À travers l’évocation de ce déchaînement de haine des Cloris et des Amarilis c’est toute la violence d’une société en apparence policée qui est ici montrée du doigt, et on notera l’audacieuse dénonciation du plaisir extrême que les Dieux envient aux « coquins » qui regardent brûler un homme, audace à peine atténuée par l’emploi libertin du pluriel qui attribue aux dieux païens ce qu’il est impossible de reprocher au dieu des chrétiens et à ses plus zélés serviteurs.

50La stratégie d’autojustification de Dassoucy dans ses écrits de prison ne se limite cependant pas à une protestation, somme toute défensive, contre les calomniateurs. Son objectif est, en effet, moins d’affirmer une innocence à laquelle personne ne peut vraiment croire, qu’à publier sa valeur et son honorabilité. La première preuve qu’il donne de cette respectabilité sociale sinon morale, c’est la longue liste des hommes honorables qui l’ont soutenu dans son épreuve et dont il publie non seulement les noms mais aussi les titres et la vertueuse réputation, en espérant que leur notoriété et leur vertu rejailliront sur celui qui se réclame de leur protection :

  • 56  Ibid., p. 407.

-  « l’aisné de Messieurs de la Barre, de chez le Roy (…) chery pour sa vertu, et renommé pour ses pieux écrits » ;
- « Madame l’abbesse sa sœur » dont il nous dit : « elle avoit pris de l’estime pour moy, par la lecture qu’elle avoit faite de mon Traité de la Divinité » ;
- « Monsieur de Niel, premier Valet de Chambre du Roy ; ce fameux illustre qui sçait joindre les grâces aux bienfaits » ;
- « Monsieur le duc de Saint-Agnan, le pere des Muses et le Dieu du Parnasse ne dédaigna point d’appuyer mon innocence de tout son credit et de tout son pouvoir » ;
- « Le Roy mesme parla à mes juges »56.

51La concision de cette dernière phrase témoigne de la puissance souveraine de la parole royale sous la protection de laquelle il se place : pourquoi en dire davantage ? À la fin de l’épître dédicatoire de son ouvrage « au Roy », Dassoucy se montrera cependant plus précis et plus éloquent dans son remerciement : 

  • 57  La Prison [], op. cit., p. 379.

Aussi, comme aprés Dieu je ne dois mon salut qu’à Vostre Majesté, de qui l’ombre seule, qui produit les honnêtes gens, a sans doute contribué beaucoup à l’honnesteté de mes Juges, j’ay crû, estant si fort obligé à l’integrité de ces excellentes parties, dont Vostre Majesté est l’auguste chef, que je ne pouvois pas moins que referer à ce chef auguste l’honneur qui luy revient de l’excellente intégrité de ses glorieuses parties, et de luy témoigner quelque petit acte de ma reconnoissance. Souffrez donc, ô Grand Roi ! que, prosterné à vos pieds, je vous presente ce petit Livre de ma prison, qui dans l’indulgence que je dois avoir pour de si precieux ennemys, n’implore point contre eux, ny la puissance de vostre bras ny les foudres de vostre Justice, mais seulement un peu d’azile à l’ombre de vos Lauriers […] afin qu’estant à l’abry du foudre, je puisse employer le reste de mes jours à benir incessamment vos Royales bontez et vos heroïques Vertus sous les aisles de votre auguste protection que je vous demande57

52Au-delà de la conventionnelle louange dithyrambique du monarque, l’habileté de Dassoucy consiste à mettre Louis XIV dans son camp. En intervenant de toute son autorité pour le faire libérer et en acceptant le « petit Livre de [sa] Prison », le roi ne lui donne-t-il pas des gages de respectabilité qui pourront, désormais, lui être difficilement contestés ?

53Pour obtenir le soutien des personnages puissants et influents dont il a besoin, Dassoucy sait qu’il ne peut compter que sur l’excellence de sa poésie. Aussi, plus qu’une simple demande de protection à sens unique, c’est un véritable échange de services qu’il propose à ceux qui agissent en sa faveur, comme dans cette lettre de remerciement au lieutenant criminel Deffita qui l’a fait libérer et qu’il termine par ces mots :

  • 58  Ibid., p. 415.

[…] ma plume, qui est tout ce qui me reste, apprendra à la postérité comme on doit reverer le mérite d’une personne de vostre qualité58.

54À qui lui offre la liberté, Dassoucy propose, en retour, la renommée. La leçon vaut pour ses juges comme elle vaut pour tous ceux à qui il présente ses services, non comme l’acte de soumission d’un simple serviteur qui attend tout de son patron, mais comme un pacte qui laisse les contractants à égalité de reconnaissance… sinon, bien sûr, à égalité de situation !

55Dassoucy est parfaitement conscient que c’est dans son talent de plume que réside sa véritable honorabilité et sa revanche sur une société dominée par les préjugés, la « cagoterie », et le mépris des « gros taons » pour les « petits moucherons ». Je ne peux donc pas mieux conclure qu’en citant ces quelques vers qu’il lance assez crânement à ses juges du fond de son cachot du Châtelet :

  • 59  La Prison [], op. cit., p. 399.

Pour defendre ma vieille peau,
Quoy que petit et pauvre cancre,
Je ne veux lance ny cousteau ;
Avec un peu de plume et d’encre,
Je vous reponds de mon vaisseau,
De mon cordage et de mon ancre59.

Haut de page

Notes

1  Les Rimes redoublées de Monsieur Dassoucy, Paris, Nego, 1671 ; « La Prison de Monsieur Dassoucy » [1674] in Aventures burlesques de Dassoucy, Émile Colombey (éd.) Paris, Garnier, 1876 ; Les Pensées de Monsieur Dassoucy dans le Saint Office de Rome, dédiées à la reyne [1676] ; ibid. « Les Aventures de M. Dassoucy » [1677], in Libertins du XVIIe siècle, Jacques Prévot (éd.), Paris, Gallimard, la Pléiade,1999, t. I.

2  C’est son ami Eraste qui, dans La Prison de Monsieur Dassoucy , le qualifie de « merveilleux fabricateur / Des chants du plus haut rafinage », op. cit., p. 383.

3  Ce qui ne veut pas dire que ce soit la première dans sa vie. Il existe peu de travaux biographiques sérieusement documentés sur Dassoucy. Les historiens de la littérature ou de la musique qui se sont intéressés à son cas ont le plus souvent puisé leurs informations dans les textes de Dassoucy lui-même. Pour une bibliographie actualisée, voir Dominique Bertrand (éd.), Avez-vous lu Dassoucy ?, actes du colloque international du Centre d’études sur les réformes, l’humanisme et l’âge classique (CERHAC), Clermont-Ferrand, 25-26 juin 2004, Presses universitaires Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 2005, p. 395-406. Pour ma part, j’emprunte l’essentiel de mon information à Charles Eugene Scruggs, Charles Dassoucy : Adventures in the Age of Louis XIV,  Lanham and London, University Press of America, 1984. Voir aussi : « Introduction » dans Charles Dassoucy, Les Amours d’Apollon et de Daphné, texte établi, présenté et annoté par Yves Giraud, Genève, Droz et Paris, Minard, 1969, p.7-50 ; Henri Prunières, « Véridiques aventures de Charles Dassoucy » dans Revue de Paris, XXIX, n° 6, 1922 et « Les singulières aventures de M. Dassoucy musicien et poète burlesque » dans Revue musicale, 1937, n° 177 ; 1938,  n° 180, n° 181, n° 183, n° 185 ; 1939, n° 190.

4  Les Aventures de M. Dassoucy, op.cit., p. 837-851.

5  La seule source est ici, une fois encore, ce que Dassoucy nous en dit : « mais d’autant que du moment que je fus arrêté mes ennemis croyaient avoir leur victime toute assurée, sans attendre les effets de la justice divine qui préside à la justice des hommes ils mandèrent incontinent à Paris les nouvelles de ma mort qui, n’étant aucunement désagréables au feu Loret, sans en attendre la confirmation lui inspira ces beaux vers qu’il fit en grande hâte à ma louange, et que depuis à sa confusion on a vu courir la prétantaine dans sa Gazette. », ibid., p. 849. Ce poème a-t-il seulement circulé, sous forme manuscrite,  dans l’entourage de Loret sans jamais avoir fait l’objet d’une publication dans La Muze historique ? Il n’y aurait rien d’étonnant à ce que Dassoucy amplifie et dramatise l’affaire en lui donnant une dimension publique qu’elle n’a pas eue, pour mieux la faire servir à sa stratégie de victimisation. Voir aussi Les Aventures d’Italie, op. cit., chapitre VI, «Comme Dassoucy arriva à Thurin, où estant crû mort, d’abord il fut pris pour une ombre : il insulte contre Loret, et la tolérance des libelles », p. 231- 233.

6  « Voyage de Chapelle et Bachaumont [Voyage d’Encausse] », in Voyages badins, burlesques et parodiques du XVIIIe siècle, Textes réunis et présentés par Jean-Michel Racault, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2005, p. 60.

7  Ibid., p. 61-62 et 67-68.

8  Voir en particulier Les Aventures de M. Dassoucy, op. cit. p. 869-887.

9  Cité par Alessio Colarizi, « Dassoucy in Italia », Micromegas, III, 1976, p. 173. «  Contra Carolum Dassouci, Gallum carceratum in hoc S. Officio ob blasphemias et propositiones haereticales, et circa immortalitatem animae, et de commistione carnis diebus vetitis … », proposita causa, relato summarie processu, et auditis votis EE.mi, dictum Carolum praevia abjuratione de levi, et poenitentiis salutaribus dimitti, et cacerem caedere in poenam decreverunt . », trad. Jean-Pierre Cavaillé. « “Les parpaillots m’appelaient athée” : hypocrites, hérétiques, déistes et athéistes dans les écrits de Dassoucy », in Avez-vous lu Dassoucy ?, op. cit. (p. 269-290) p. 277.

10  « Copie d’un procès-verbal contre le musicien D’Assoucy, arrêté le 8 mars 1673 », bibliothèque de la Comédie Française, 1 AG-1673-(1), présentation et annotations par Dominique Bertrand, in Avez-vous lu Dassoucy ?, op. cit, p. 359-370.

11  « On appelle aussi garçon un valet à tout faire » ( Furetière, Dictionnaire Universel).

12  D’abord incarcéré au petit Châtelet, le 8 mars, Dassoucy est transféré au grand Châtelet le 22 avril 1673. On trouve des traces officielles de cet emprisonnent dans le Registre du gresfe des Prisons Royalles du grand chasteletj de Paris : année 1673. Voir Eugene Scruggs, op. cit., p. 53-54.

13  Il avait pourtant obtenu un Privilège, daté du 13 octobre 1670, pour un ouvrage qui devait porter pour titre : Aventures des Voyages du sieur Dassoucy. Si l’on en croit ce que Dassoucy écrit dans sa dédicace à Lauzun, le duc de Saint-Aignan avait jugé favorablement cet ouvrage refusé par les libraires : « En tout cas, MONSEIGNEUR, l’un des plus grands Saints que canonize cette cour, qui pour placer ma pauvre Lyre au dessus de la plus illustre jatte qui fut jamais, a bien osé choquer la capacité de nos libraires, m’assisteroit de ses suffrages auprés de vous […] si vostre esprit qui est aujourd’huy l’admiration de nôtre siècle avoit besoin des yeux d’autruy pour découvrir ce fin qui donne la grace. »  (« A Monseigneur le comte de Lauzun, capitaine des gardes du corps du roi », Les Rimes Redoublées, op. cit. p. 5.) Quand Les Aventures d’Italie paraîtront, en 1677, elle seront précédées d’une dédicace « A Monseigneur le duc de Saint-Aignan, Pair de France ». On peut s’interroger sur les raisons et les pressions qui expliquent le refus des libraires en 1670.

14   Les Rimes redoublées [], op. cit., p. 2.

15  Les Rimes redoublées […], op. cit.,p. 12.

16  Ibid., p. 99-100.

17  Les Rimes redoublées [] op. cit., p. 67.

18  Évêque français fondateur des missions catholiques en Extrême-Orient et membre influent de la Compagnie du Saint Sacrement, François Pallu se trouvait effectivement à Rome, entre deux missions, en 1668 au moment de l’arrestation de Dassoucy. Voir Louis Baudiment, François Pallu, principal fondateur des missions étrangères (1626-1684), Paris, G. Beauchesne, 1934.

19  Les Rimes redoublées [], op. cit., p. 68.

20  Ibid., p. 70.

21  Ibid. p. 71.

22  Les Pensées [], op. cit., p. 323.

23  Voir Jean-Pierre Cavaillé, art. cit.

24  Ainsi le qualifie-t-il dans La Prison [], op. cit., p. 405.

25  Les Pensées […], op. cit., p. 371-372.

26  Ibid., p. 372.

27  « Obscurité se dit aussi, au figuré, des écrits, des discours qui ne sont pas fort intelligibles. » (Dictionnaire de l’Académie française, 1694).

28  La Prison [], op. cit. p. 405.

29  « A la Reyne », Les Pensées […], op. cit., p. 324.

30  Vincent Fournel, La littérature indépendante et les écrivains oubliés, Paris, Didier, 1862, p. 247.

31  Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique, Paris, Le Seuil, 1975

32  « J’estois sur le point de retourner en France et sans me souvenir que je n’estoit point à Paris, mais que  j’estois encore à Rome, moy qui jusques à ce temps là m’estois tenu clos et couvert, je fus assez simple pour faire voir mes adventures d’Italie à plusieurs personnes de qualité. », Les Rimes redoublées [], op. cit., p. 67.

33  Ibid., p. 783.

34  Ibid., p. 840.

35  Les Rimes redoublées […], op. cit., p. 828.

36  Voir Emmanuelle Lesne-Jaffro, « Le récit de prison de Dassoucy », dans  Avez-vous lu Dassoucy ?, op. cit., p. 291-303

37  La Prison […], op. cit., p. 410.

38  Ibid.

39  La Prison […], op. cit., p. 381.

40  Ibid., p. 390.

41  Ibid.

42  Voir l’incipit du récit : « Après avoir respiré, durant six mois, l’air infect de la plus puante Prison qui fut jamais (Pardonnez-moy, grand Chastelet, si j’ose parler de vous en des termes si peu respectueux, car je sçay que vous estes au Roy) […] », ibid., p. 381.

43  Ibid., p. 385.

44  La Prison […], op. cit., p. 391.

45  « Préau se dit au figuré d’une cour de prison où on laisse aller les prisonniers pour prendre l’air. » (Furetière, Dictionnaire universel.)

46  Il s’agit des deux jeunes garçons qui ont été arrêtés avec lui, pour pratiques sodomites. Cf. supra note 11.

47  La Prison […], op. cit., p. 403-404.

48  La Prison […], op. cit., p. 400.

49  « Enfants de la matte, des frippons qui sont élevés parmi les matois et les filous. » (Furetière, Dictionnaire universel).

50  La Prison [], op. cit., p. 409.

51  Joan Dejean, Libertines Strategies, Ohio state university press, 1981.

52  La Prison [], op. cit., p. 336.

53  Ibid., p. 389-390.

54  Le dictionnaire de l’Académie française (1694) dit : « Cotret. Petit faisceau de bois rond.[…] Le vulgaire dit, Chastrer un cotret, pour dire, En ôter quelque baston. Ce Crocheteur chastre les cotrets ; ce cotret est chastré ». Dassoucy ne pouvait, dans le contexte, mieux choisir son vocabulaire !

55  La Prison [], op. cit. , p. 386.

56  Ibid., p. 407.

57  La Prison [], op. cit., p. 379.

58  Ibid., p. 415.

59  La Prison [], op. cit., p. 399.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Catusse, « Les prisons de Monsieur Dassoucy », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques, 39 | 2007, 119-139.

Référence électronique

Guy Catusse, « Les prisons de Monsieur Dassoucy », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques [En ligne], 39 | 2007, mis en ligne le 11 octobre 2011, consulté le 21 août 2017. URL : http://ccrh.revues.org/3369 ; DOI : 10.4000/ccrh.3369

Haut de page

Auteur

Guy Catusse

GRHIL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Revues.org