Navigation – Plan du site

Texte intégral

1En plus du clivage entre le monde grec et le monde romain, les sciences de l’Antiquité (l’« Altertumswissenschaft »), qu’on peut appeler aussi « Histoire et Anthropologie de l’Antiquité », sont traversées par d’autres lignes de partage, qui contribuent à leur richesse et débouchent, de loin en loin, sur de grands débats intellectuels. D’un côté, par exemple, il y a l’histoire et de l’autre l’archéologie. D’un côté, les « realia », les institutions et les faits sociaux et économiques, et, de l’autre, l’histoire des mentalités, la psychologie historique, les représentations. D’un côté, les événements et l’érudition, de l’autre les structures et les approches comparatives. Présenter une espèce de géographie de ces clivages serait un objectif beaucoup trop ambitieux, et ce n’est pas du tout ce que nous avons cherché à faire dans ce dossier.

2L’objectif du dossier, à l’élaboration duquel François Lissarrague a beaucoup participé avec moi, est de présenter un échantillon des recherches qui, à l’École et autour de l’École, sont menées sur trois thèmes touchant à l’Antiquité : l’analyse et l’interprétation des images ; l’étude des textes et de la tradition philologique ; les comportements et pratiques de la vie économique et matérielle. Ces recherches sont menées au sein du Centre de recherches historiques, au sein du Centre Louis Gernet, ou encore en relation avec d’autres centres de l’École.

3Les trois thèmes énumérés ci-dessus ne sont évidemment pas les seuls que nous aurions pu choisir. Nous avons par exemple envisagé de présenter un groupe d’articles sur le droit et les normes, ou bien un groupe d’articles portant sur l’historiographie. Nous avons également songé à la vie intellectuelle et culturelle, à l’anthropologie religieuse, à la philosophie et à l’histoire des sciences. Les choix qui ont été faits ne sont pas le résultat d’une sélection délibérée ; ils ont avant tout découlé des disponibilités des uns et des autres, et de notre désir de regrouper plusieurs articles sur un même domaine, dans la mesure où c’était possible.

4Je remercie vivement Nicole Fouché, qui s’occupait des Cahiers du CRH quand j’ai commencé à travailler à ce dossier, pour son aide et pour les avis judicieux et attentifs qu’elle m’a donnés. Je remercie aussi très vivement Muriel Loosfelt, qui lui a succédé à la tête des Cahiers. De plus, si l’étude des pratiques économiques antiques, telle que François Lerouxel, Gérard Minaud et André Tchernia la conduisent, ne nécessite pas le recours à l’illustration, il n’en est évidemment pas de même pour l’interprétation des images. Pour accompagner les textes de Valérie Huet, de François Lissarrague et de Nina Strawczynski, il fallait des dessins et des photographies. Nous remercions vivement la Direction du CRH de sa compréhension à cet égard, et de la proposition qu’elle nous a faite de consacrer à l’Antiquité un grand dossier des Cahiers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Andreau, « Introduction », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques, 37 | 2006, 7.

Référence électronique

Jean Andreau, « Introduction », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques [En ligne], 37 | 2006, mis en ligne le 16 juin 2011, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://ccrh.revues.org/3079 ; DOI : 10.4000/ccrh.3079

Haut de page

Auteur

Jean Andreau

EHESS/Centre Louis Gernet/CRH

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Revues.org