Navigation – Plan du site
Les recherches en cours au CRH

L’atlas de la révolution française

Placé sous le patronage de F. Furet et M. Vovelle, sous la direction de S. Bonin et L. Langlois
Serge Bonin

Texte intégral

1A l'occasion du Bicentenaire de la Révolution française, un atlas est en cours de réalisation et va combler le vide cartographique existant ; jusqu'à maintenant, en effet, seuls des ouvrages spécialisés, des atlas « classiques », souvent étrangers, et les manuels scolaires ont publié quelques documents graphiques sur la période révolutionnaire, relatifs le plus souvent aux modifications des limites territoriales ou aux campagnes napoléoniennes, plus rarement à des problèmes thématiques.

2Conçu, réalisé et diffusé dans le cadre de l'E.H.E.S.S. avec le soutien du C.N.R.S. et de la Librairie du Bicentenaire, l'Atlas de la Révolution française est un atlas thématique, publié en fascicules, qui couvre la période 1760-1812. Chaque fascicule, d'une centaine de pages en deux couleurs, se compose de 50 à 60 pages d'images graphiques accompagnées d'un commentaire dans la proportion 2/3-1/3, et de 30 à 40 pages de bibliographie, sources et annexes développées.

3Les deux fascicules parus et les trois qui paraîtront dans les mois qui viennent traitent des communications, de l'enseignement, de l'armée et de la guerre, des limites territoriales dans l'espace français. La santé, la religion, les sociétés populaires, la vie politique, la démographie, la culture, l'économie, les mouvements populaires, seront les principaux thèmes abordés par la suite. « Au terme de l'entreprise, ce seront 1 000 pages d'images graphiques pour voir la Révolution sous tous ses aspects et pour mieux la comprendre ».

4La conception d'un atlas thématique rend opératoire le travail collectif de plusieurs dizaines d'historiens appartenant à différents organismes universitaires et de recherche, parmi lesquels le Centre de Recherches Historiques. Elle permet d'éviter les inégalités et les redondances qui existeraient dans une autre forme d'atlas. Elle permet de couvrir le champ d'un phénomène, au niveau global dans le cadre national et au niveau du détail dans le cadre régional, à partir d'exemples significatifs, alliant ainsi la synthèse et l'analyse. Ainsi l'étude du réseau navigable français est-elle complétée par la présentation d'un tronçon fluvial (la Seine, la Dordogne) ; l'enquête nationale sur les collèges, par une monographie de six grands pensionnats. Des enquêtes régionales peuvent se trouver aussi les seules disponibles sur un sujet donné : l'enseignement élémentaire à Paris, à Lille, en Champagne ou en Haute-Garonne.

5Cet atlas poursuit un double objectif :

61 – Publier des inventaires, sources indispensables aux historiens ; ainsi l'exploitation d'enquêtes nationales donne lieu à la réalisation d'une cartographie exhaustive, complétée par la publication des listes nominatives ou numériques correspondantes (les établissements secondaires publics ou privés en 1789 et 1812 ; la largeur des ponts et des routes, les services postaux hebdomadaires ; les variations dans les divisions administratives entre 1790 et 1800 ; les Sociétés populaires …) ; inventaire également au niveau des fonds de cartes, qui ont été établis avec une précision non atteinte jusqu'alors, pouvant aller jusqu'au niveau de la commune, pour chaque année où une modification importante est intervenue dans les frontières extérieures et les limites intérieures de la France entre 1789 et 1815. En particulier, six cartes à l'échelle du 1/1 400 000 représenteront les limites administratives, judiciaires, financières, religieuses de 1789 et les limites administratives créées à partir des départements en 1790 et 1800.

72 – Donner un outil de réflexion aux chercheurs à partir de l'interprétation des cartes et graphiques. Chaque fascicule présente l'état le plus récent de la question sur le thème concerné : la plupart des données, donc des documents graphiques, sont inédites. C'est « un bilan en marche, un instrument de recherche, une ouverture sur de nouveaux chantiers ».

8Destiné aux historiens, l'atlas doit les inciter à continuer les recherches dans les directions indiquées, à compléter la documentation au niveau régional ou particulier. Destiné aux enseignants, aux étudiants, à tous ceux qui s'intéressent à la période révolutionnaire, c'est une documentation abondante et originale qui renouvelle les données existantes.

9Mais c'est aussi l'occasion d'une collaboration prolongée entre des historiens et des graphiciens où chacun découvre et apprend à connaître les exigences des méthodes de travail de l'autre.

101 – Routes et communications, G. Arbellot, B. Lepetit ; J. Bertrand.

112 – L'Enseignement, D. Julia ; H. Bertrand, S. Bonin, A. Laclau.

123 – L'armée révolutionnaire et la guerre, J.P. Bertaud, D. Reichel ; J. Bertrand.

134 – Le territoire : réalités et représentations, D. Nordman, M.-V. Ozouf-Marignier ; R. Gimeno, A. Laclau.

145 – Le territoire : les limites administratives, D. Nordman, M.-V. Ozouf-Marignier ; S. Bonin, A. Laclau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Bonin, « L’atlas de la révolution française », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques [En ligne], 3 | 1989, mis en ligne le 13 avril 2009, consulté le 23 mars 2017. URL : http://ccrh.revues.org/2925 ; DOI : 10.4000/ccrh.2925

Haut de page

Auteur

Serge Bonin

Serge BONIN est directeur du Laboratoire de Graphique de l'E.H.E.S.S.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Revues.org