Navigation – Plan du site

Exempla - Banque de données des récits exemplaires du Moyen Âge

Marie-Anne Polo de Beaulieu

Texte intégral

  • 1  L'enquête sur les exempla médiévaux a été lancée par Jacques Le Goff. Elle est actuellement dirigé (...)

1Au sein du Groupe d'anthropologie historique de l'Occident médiéval (GAHOM) l'enquête sur les exempla médiévaux débouche actuellement sur une nouvelle production : une banque de données1. Sans laisser de côté les résultats « traditionnels » de ce type d'enquête collective : éditions de textes, études thématiques ou génétiques de certains corpus, notre groupe de recherche se lance dans l'élaboration d'une banque de données. Cette nouvelle orientation était en germe dès le démarrage de cette enquête qui s'était dès le début attachée aux problèmes d'indexation des exempla. En effet, ces récits exemplaires fourmillent dans la littérature didactique médiévale religieuse et profane. Grâce au mouvement de prédication systématique lancée par les ordres mendiants à l'orée du xiiie siècle, des recueils d'exempla se sont multipliés entre le xiiie et le xve siècles. C'est ce corpus de plusieurs milliers de récits que nous tâchons de délimiter, d'indexer afin de mieux les saisir dans leur fonctionnement et leurs multiples usages.

2Nous rappellerons brièvement les étapes méthodologiques de cette indexation, pour nous étendre plus longuement sur la structure de la base de données et les difficultés de réalisation rencontrées.

3Afin de mieux nous situer dans l'historiographie des exempla, nous présenteront deux tentatives pour délimiter et indexer les exempla.

4La première tentative s'inspire très largement de la classification internationale des motifs narratifs proposée par Stith Thompson en 1932-1936. D'ailleurs le sous-titre de ce Motif-Index of Folk-Literature incorpore les exempla dans son très large corpus de base : A classification of narrative elements in Folktales, Ballads, Myths, Fables, Medieval Romances, Exempla, Fabliaux, Jest-Books and local Legends.

  • 2  John Esten Keller, Motif-Index of medieval Spanish exempla, Knoxville, University of Tenessee, 194 (...)

5En effet, les 67 exempla du Motif-Index of Medieval Spanish Exempla de J. E. Keller (en 1949) puis ceux du Motif-Index of the Italian Novella de D. P. Rotunda (en 1952) sont rangés dans l'ordre du Motif-Index de Stith Thompson. Ces deux tentatives ont fait long feu, et il n'est pas le lieu ici de reprendre la liste des inconvénients de cette classification2. Le principal est de reposer sur une notion quasiment impossible à définir.

  • 3  Frederic C. Tubach, Index Exemplorum. A handbook of medieval religious tales, Helsinki, FFC Commun (...)
  • 4  J. A. Herbert, Catalogue of Romances in the Department of Manuscripts in the British Museum, vol.  (...)

6La seconde tentative est celle de Frederic C. Tubach, qui a élaboré dans les années 1960 un Index exemplorum3 dans une optique résolument synthétique. Celui-ci propose 5 400 résumés types d'exempla (souvent inspiré de ceux de J. A. Herbert dans son Catalogue of Romances), précédés d'un titre dont la première lettre permet le classement alphabétique de ces 5 400 résumés numérotés. Ceux-ci sont suivis de diverses références bibliographiques : le renvoi au Catalogue of Romances, aux répertoires de Stith Thompson et Aarne Thompson4, à d'autres recueils édités et divers ouvrages et articles citant cet exemplum. Cet index des exempla est suivi d'un Cross Reference Index ou index à entrées croisées, permettant (en principe) de retrouver un exemplum. Ainsi, la notice no 2275 se présente-t-elle comme suit.

72275 Gestures, significance of. A simple-minded Roman is sent to the Greeks in Byzantium to obtain their lawbooks. There, he is considered a wise man in a dispute, for his simple gestures are given philisophical significance.

8Aev. 83. – Liebrecht, Germania XXIX, p. 359. (Ce qui désigne un recueil de récits islandais : Islendsk Aeventyri. Isländische Legenden, Novellen und Märchen, Halle, H. Gering, 1882, 2 vols. – et un article de la revue Germania).

9Et le Cross Reference Index donne deux entrées :

10– Gesture significance of 2275.

11– Fool as wise man 2120, 2275.

12Après plusieurs années d'utilisation intensive de l'Index exemplorum nous avons relevé des lacunes (notamment dans l'Index des références croisées qui ne comporte souvent qu'une seule entrée par résumé type), des erreurs dans les références et plus grave des dysfonctionnements dans le système des résumés : certains concernent des histoires très longues (l'ange et l'ermite, Tubach 2558) tandis que d'autres s'attachent à de brefs épisodes, et surtout certains regroupements de textes sous un même résumé nous paraissent plus ou moins fondés. En dernière analyse le système même de l'indexation par résumés types nous paraît inadapté à la variété des versions d'un même exemplum. Tous les détails divergents sont gommés au profit d'une version. La limite entre un exemplum présentant de nombreux détails nouveaux et un nouvel exemplum est difficile à préciser.

  • 5  J. Berlioz, M.-A. Polo de Beaulieu, Les exempla médiévaux. Introduction à la recherche suivie des (...)

13Dans un premier temps, nous avons tâché d'améliorer l'accès à l'Index exemplorum par des tables critiques5, qui sont en fait un Index exemplorum inversé : l'ordre n'est plus celui des résumés types mais celui de chaque recueil pris isolément. Ces tables sont dépourvues de résumés, mais proposent pour chaque exemplum le renvoi à l'Index Exemplorum, renvoi vérifié, corrigé voire complété.

14Actuellement, il nous semble que l'outil informatique nous donne les moyens de reprendre dans une autre optique la conception même de l'indexation des exempla.

  • 6  Thésaurus des Images Médiévales, GAHOM, EHESS, 1994.

15Après bien des discussions, nous avons choisi pour notre projet EXEMPLA, de créer deux banques de données corrélées entre elles, la première regroupe toutes les informations concernant un recueil (voir documents no 1 et 2) et la seconde donne pour chaque exemplum de chaque recueil un ensemble de données réparties dans 17 champs (voir documents no 3 et 4). Ce masque de saisie s'applique également aux prologues des recueils d'exempla jamais indexés jusqu'à présent, même lorsqu'ils sont pourvus d'exempla. Il accueillera également des données d'ordre iconographique. En effet, un certain nombre de manuscrits comportent des illustrations, qui seront à la fois numérisées et sommairement décrites dans le champ vidéo. La description de ces enluminures et vignettes s'inspirera du Thesaurus des Images Médiévales établi par le groupe Image du GAHOM6.

16Notre choix méthodologique se situe donc à rebours des solutions adoptées par nos prédécesseurs. Nous acceptons une certaine dispersion de l'information, même si elle est souvent redondante, de manière à respecter la spécificité de chaque version d'un exemplum. Toutes les études menées à ce jour montrent l'importance du détail inédit de telle ou telle version, qui est gommé dans un système de résumés types.

17Nous nous dotons de tout un arsenal afin d'opérer tous les regroupements possibles entre exempla : par le renvoi à l'Index Exemplorum de F. C. Tubach et à divers répertoires bibliographiques. La banque de données pourra être interrogée à des degrés divers de profondeur : en surface par les sigles des recueils et des exempla, par les titres et les champs Mots Clés, Répertoire et bibliographie ; puis à un premier niveau narratif : par les résumés et à un second niveau narratif qui constitue le mode d'interrogation le plus profond : le texte lui-même qui sera donné dans la mesure où les contraintes éditoriales nous le permettront.

  • 7  Logiciel SPIRIT développé par la société Technologie Gestion Informatique Documentaire (T.GID) fil (...)
  • 8  Logiciel EDITION POUR SPIRIT développé par la société POINT.EXE en deux versions : sous DOS pour l (...)

18Actuellement, le programme qui nous semble le plus adapté à nos exigences est le logiciel SPIRIT7 qui offre de nombreuses fonctions pour gérer une vaste banque de données, indexer « intelligemment » les résumés, interroger facilement en langage naturel (voir documents no 5 et 6). Un programme ÉDITION POUR SPIRIT (spécialement conçu pour notre masque de saisie) permet de saisir directement sous format SPIRIT les données ou de récupérer des données déjà saisies (voir documents no 7 et 8) sous traitement de texte8.

  • 9  G. Blangez, membre de notre groupe de recherches, a préparé une base de données sous DBASE en prop (...)

19La banque de données est périodiquement enrichie par les fiches établies pour des éditions récentes ou en cours, les données saisies par M. Gérard Blangez sous DBASE9, transférées et reformatées pour la banque de données EXEMPLA.

20Le projet EXEMPLA a suscité un projet partiel qui y sera ensuite intégré : l'Index des Exempla Italiens. Il suit le modèle des fiches de saisie présentées ci-dessus, mais prendra dans un premier temps la forme d'un volume édité par l'École Française de Rome sous la direction de Marcello Ciccutto et Carlo Delcorno avec la collaboration franco-italienne de nombreux collègues. La coordination des deux équipes étant assurée par Claude Cazalé (Université de Lille III).

21Huit corpus italiens sont en cours d'indexation : 6 recueils d'exempla et deux recueils de sermons :

22– le Liber de introductione loquendi de Philippe de Ferrare (115 exempla) par Sylvana Vecchio et Saverio Amadori –

23– Gli Assempri de Filippo degli Aggazzari (65 exempla) par Letizia Pellegrini –

24– Les exempla de Domenico Cavalca (97 exempla) par Marcello Ciccuto –

25– Lo Specchio di vera penitenzia de Jacopo Passavanti (51 exempla) par Francesca de Robertis –

26– 70 exempla de Jourdain de Pise par Fabrizio Scrivano

27– Le Manuscrit Ricc. 2894 de la Bibl. de Florence (90 exempla) par Rosa Maria Dessi

28– Les sermons de Federico Visconti (30 exempla environ) par Laura Gaffuri et Nicole Bériou –

29– Les Sermons de Bernardin de Sienne (500 exempla) par Carlo Delcorno

30Soit au total environ 1 018 exempla.

31Le projet EXEMPLA a déjà fait l'objet d'une maquette comportant six recueils :

32– Le Dialogus Miraculorum de Césaire de Heisterbach (éd. Strange) : 854 exempla environ (dépouillement de G. Blangez)

33– Les Libri octo Miraculorum de Césaire de Heisterbach (éd. Meister) : 220 exempla environ (dépouillement de G. Blangez)

34– Les exempla extraits des Sermones vulgares de Jacques de Vitry (éd. Crane) : 314 exempla (dépouillement de G. Blangez).

35– Le Tractatus de diversis materiis praedicabilibus d'Etienne de Bourbon, Livre trois (éd. J. Berlioz) : 500 exempla environ

36– L'Alphabetum narrationum d'Arnold de Liège (éd. Ribaucourt) : 820 exempla environ

37– La Scala coeli de Jean Gobi (éd. Polo de Beaulieu) : 1 000 exempla

38Auxquels nous souhaitons ajouter dans un avenir assez proche les 23 recueils suivants :

39Pour le xiie siècle :

40– La Disciplina Clericalis de Pierre Alphonse (+ milieu xiie s.)

41Pour le xiiie siècle :

42– Le manuscrit dit de Beaupré (vers 1200 ; BN, lat. 15 912, éd. en cours s.d. J. Berlioz et M. A. Polo)

43– Les Exempla extraits des Sermones Feriales et Communes (éd. Greven et Frenken) de Jacques de Vitry (+ 1240)

44– Le Recueil dit du frère Sachet, édition en cours par Isabelle Rava-Cordier.

45– Le Promptuarium Exemplorum de Martin le Polonais (+ 1279), édition en cours par Xavier Hermant.

46– Le De Dono Timoris de Humbert de Romans (+ 1277), éd. en cours par Eichenlaub et traduction par G. Blangez.

47– Le Bonum Universale de Apibus de Thomas de Cantimpré, (dépouillement par G. Blangez sur l'éd. Douai, 1627)

48– Le Manuscrit Royal 7 D I du British Museum, 1270-1279 (dépouillement de Welter repris par G. Blangez)

49– Le Manuscrit BN lat. 3555, 1272-1297 (dépouillement de G. Blangez)

50– La Compilacio Singularis Exemplorum, vers 1270-1296, (dépouillement de G. Blangez)

51– Le Liber Exemplorum, vers 1275-1279 (éd. Little)

52Pour le xive siècle :

53– Le Ci-nous-dit (éd. G. Blangez)

54– Les Gesta Romanorum (éd. Osterley)

55– Les Contes Moralisés de Nicole Bozon, vers 1320 (éd. Smith et Meyer)

56– Le Manuscrit Additional 33 956 du British Museum, début xive s. – (dépouillement de J. Th. Welter repris par G. Blangez)

57– Le Liber ad Status (éd. en cours par Caroline Guillaume)

58– Le Dialogus creaturarum de Mayno de Maineri, après 1326. Edition du texte latin en cours par G.Kratzmann et E.Gee. Traduction française de 1482 éditée par P. Ruelle, Bruxelles, 1982.

59Pour le xve siècle :

60– El Libro de los Enxenplos vers 1400-1420.

61– Le Speculum exemplorum, éd. Strasbourg 1490.

62– Le Promtuarium exemplorum de Jean Herolt (+ 1468)

63– Les Exemples moraux contenus dans La Fleur des Histoires de Jean Mansel (dépouillement de G. Blangez)

64Pour le xvie siècle :

65– Schimpf und Ernst de Johannes Pauli.

66Pour le xviie siècle :

67– Le Magnum Speculum Exemplorum (dépouillement de G. Blangez)

  • 10  Afin de tenir à jour la base de données BIBLIEX nous envoyons régulièrement à un réseau de corresp (...)

68La banque de données accueillera également des textes qui ne sont pas à proprement parler des recueils d'exempla, mais qui appartiennent à des genres très voisins : la Légende Dorée de Jacques de Voragine, les fables, les fabliaux et les miracles de la Vierge, autant de domaines largement défrichés par Gérard Blangez (BB). La banque de données comportera également une annexe purement bibliographique faisant le point sur les éditions de textes et les études sur les exempla10.

69A l'avenir d'autres projets régionaux ou nationaux pourraient se greffer sur cette entreprise, un nouvel index des exempla Espagnols, des exempla britanniques, des exempla germaniques, etc.

70Actuellement, nous nous interrogeons sur les modalités de diffusion de ce travail. Le CD/Rom en pleine expansion peut être une solution si des remises à jours périodiques sont possibles, sinon la diffusion par réseau télématique semble le médium d'avenir. Quoiqu'il en soit ce projet exige des moyens importants qui dépassent largement ceux du GAHOM ; ils ne pourront être dégagés que par des collaborations extérieures. L'École française de Rome nous a apporté son soutien, mais également l'Université de Limoges et du CERTEL d'Arras qui ont passé des conventions avec notre groupe de recherche grâce à l'attention fidèle d'Alain Vuillemin pour notre projet. Citons aussi le soutien stratégique du professeur Philippe Ménard au sein de l'URA 1153 et l'appui de la Formation histoire des idées et des lettres de l'École normale supérieure de Fontenay-Saint Cloud. Un financement européen est en cours d'étude en collaboration avec l'université de Lille III.

71En effet, une telle entreprise est coûteuse en matériel, en heures de vacation et en logiciels. La saisie et la récupération des données peuvent être assurées par un vacataire bien formé. En revanche, la vérification, l'homogénéisation et la mise à jour de ces données est un travail long et ingrat que nous devons nous partager. Enfin, le logiciel SPIRIT est très performant mais très cher : 50 000 francs. Nous utiliserons dans un premier temps celui du centre serveur de l'Université de Limoges via RENATER, en espérant que ce réseau télématique restera encore longtemps gratuit pour les utilisateurs.

Documents

72DOCUMENT no 1 : Fiche de dépouillement pour la base de données des Recueils d'exempla

1 – IDENTIFICATEUR : champ rempli automatiquement par le logiciel.

2 – SIGLE DU RECUEIL : sigle abrégé désignant le recueil, sigle fabriqué soit à partir du titre, soit à partir du nom de l'auteur.

3 – TITRE : Titre dans la langue du recueil en donnant les diverses graphies utilisées.

4 – AUTEUR : Nom francisé pour les auteurs latins ou non-français

5 – DATATION : Date de composition ou fourchette chronologique ou siècle.

6 – LANGUE : Langue(s) du texte

– PAYS : Lieu de production du texte, du plus large au plus précis : Pays, région, ville…

8 – BIBLIOGRAPHIE : Références bibliographiques concernant l'auteur et son oeuvre traitée ici, en commençant par les simples notices (Welter, Dictionnaires), puis en signalant les ouvrages concernant l'auteur et cette oeuvre.

– MANUSCRITS : Liste des manuscrits ou renvoi à un ouvrage donnant cette liste si elle est trop longue.

10 – EDITION : Références aux différentes éditions complètes ou partielles du recueil, en précisant les numéros des exempla édités.

11 – TRADUCTION : Références aux traductions totales ou partielles du recueil, en précisant les numéros des exempla traduits.

12 – COMMENTAIRE : Plan du recueil (ordre logique ou alphabétique, rubriques, chapitres…). Présence d'une table des matières, d'un prologue, d'un épilogue, de titres… Problèmes d'attribution. Travaux en cours. Illustrations (en précisant les folios).

13 – INDEXATION : Édition choisie comme base de l'indexation.

Nom de la personne qui a indexé le recueil.

73DOCUMENT no 2 : Exemple de fiche de dépouillement pour la base de données des Recueils d'exempla : la Scala coeli de Jean Gobi

$$1

$$2 Scala

$$3 Scala coeli (scala celi, Scala caeli)

$$4 Jean Gobi junior

$$5 1327-1330

$$6 latin émaillé de provençal

$$7 France, Saint Maximin en Provence.

$$8 voir l'édition de M.A. Polo de Beaulieu, Ed. du CNRS, Coll. Sources d'Histoire Médiévale, 1991, p. 764-766.

$$9 Liste dans Welter p. 325 et Th. Kaeppeli, t. 2, p. 322-325.

$$10 voir l'édition de M.A. Polo de Beaulieu, Ed. du CNRS, Coll. Sources d'Histoire Médiévale, 1991.

$$11 J.-Cl. Schmitt (s.d.), Prêcher d'exemples, Paris, 1985, p. 111-125 (prologue et exempla No 405, 424 à 438).

$$12 Recueil à rubriques classées dans l'ordre alphabétique, prologue, tabula, explicit, Illustrations dans le manuscrit Vienne, 13538 et dans l'éd. incunable, Strasbourg 1485..

$$13 Indexation d'après l'édition de M. A. Polo de Beaulieu, qui réalise aussi l'indexation.

74DOCUMENT no 3 : Fiche de dépouillement pour la base de données des Exempla

– IDENTIFICATEUR SPIRIT : champ rempli automatiquement par le logiciel.

– SIGLE DE L'EXEMPLUM : composé du sigle du recueil suivi du numéro de l'exemplum.

– TITRE : Titre en français précédé d'un astérisque si le titre est inventé par l'indexeur.

– CONTEXTE : rubrique, sermon, distinctio, titulus…

– RESUME : Donne les principaux épisodes du récit en pointant sur les spécificité de l'exemplum considéré.

– MOTS-CLE : Donner en 5 à 10 mots l'essentiel du texte et sa dimension morale ou doctrinale.

– ALLEGORISATION : Signaler par la mention ALL. si le texte comporte une exégèse allégorique, intégrée dans le récit ou placée à sa suite (loquendo spiritualiter…).

– SOURCE(S) ALLEGUEE(S) : Mettre la source alléguée par l'auteur à l'exception des notations trop vagues tel que « dicitur, audivi, legitur… ». Si la source alléguée a été retrouvée l'indiquer ici, sinon utiliser le code NR : non repéré.

– SOURCE(S) ATTESTÉE(S) : On signale le texte qui nous semble être la source de l'exemplum.

10 – TEXTES APPARENTES : Dans le même recueil et dans d'autres recueils et genres voisins (fabliaux, fables, dits, hagiographie…) Ce champ est destiné à compléter les indications fournies par l'Index exemplorum de F. C. Tubach.

11 – REPERTOIRES : Répertoires bibliographiques ayant signalé cet exemplum : Tubach, Conte type, Motif-Index, Poncelet, Katalog der Fabeln (Grubmüller), Répertoires de fabliaux, Herbert, Ward, Bolte et Polivka, Roerich, Grimm,…

12 – BIBLIOGRAPHIE : Articles et ouvrages citant cet exemplum.

13 – EDITION : Édition de cet exemplum en particulier.

14 – TRADUCTION : Traduction de cet exemplum en particulier.

15 – COMMENTAIRE : Problèmes de segmentation, illustration, remarques diverses.

16 – TEXTE : Lorsque cela sera possible (contraintes éditoriales) le texte sera donné.

17 – CHAMP VIDÉO : En cas d'illustration : références précises (folio) et présentation de l'image. Le logiciel pourra mettre en relation cette fiche et une reproduction numérisée de la miniature.

75DOCUMENT no 4 : Exemple de fiche de dépouillement pour la base de données des Exempla

l'Alphabetum narrationum d'Arnold de Liège.

$$1

$$2 AN0.

$$3 Prologue de l'Alphabet des récits.

$$5 Arnold de Liège rappelle la grande utilité des récits et des exemples tant dans la prédication que dans les conversations privées, il cite les exemples bien connus de saint Augustin écoutant Pontien lui raconter la vie du bienheureux Antoine, saint Dominique, et le pape Grégoire le Grand. Il écrit qu'il a voulu compiler en un seul volume de nombreux récits, à l'usage des prédicateurs. Il ajoute que, afin que les matières soient faciles à trouver, il a ordonné tous les récits selon l'ordre alphabétique, et termine en expliquant qu'un exemplum peut selon le début, le milieu ou la fin être classé dans différentes rubriques et que cela sera convenablement indiqué.

$$6 récits ; exemples ; prédication ; ordre alphabétique ; saints ; compilation.

$$14 C. Ribaucourt, Pour parler des femmes, in Prêcher d'exemples, s. d. de Jean-Claude Schmitt, Paris, Stock Moyen Age, 1985, p. 108-109.

DOCUMENT no 5 : Interrogation de la base de données sous SPIRIT

76DOCUMENT no 6 : Format de réponse sous SPIRIT

TITRE *Saint André convertit une concubine.

CONTEXTE : rubrique adulterium

RÉSUMÉ : Saint André convertit une concubine qui est livrée à des ribauds pour la violer. Par se prière elle les tue, puis les ressuscite. Ils dénoncent le péché d'adultère.

MOTS-CLÉS : Saint André, concubine, viol, résurrection, prière.

TEXTES APPARENTÉS : Légende Dorée : NR – Gregorii Turonensis, Liber de miraculis B. Andreae Apostoli, MGH I, (1883) p. 839.

RÉPERTOIRES : Tubach : NR

BIBLIOGRAPHIE : Le texte de Grégoire de Tours est cité par J. Flamion, Les Actes apocryphes de l'apôtre André, Louvain, 1911, p. 225.

TEXTE : Adulterium multa mala facit. Primo enim est demonis sacrificium.

Legitur quod cum beatus Andreas concubinam cujusdam prepositi convertisset, tradidit ei Evangelium in memoriam Passionis Christi, et ut peccatum ardentius evitaret ; quia vero uxor prepositi adhuc habebat eam suspectam tradidit eam ribaldis ut cum ea complerent vicia. Cum autem duo vestes ejus frangerent et vi vellent eam opprimere, subito ipsa clamante ad Deum mortui ceciderunt. Cum autem uxor prepositi se balnearet cum uno adultero a dyabolo suffocatur. Mulier autem liberata fuit et confortata per angelum, rogabat Deum ut eos suscitaret a mortuis et narrarent quantum erat odibile Deo adulterii peccatum. Qua exaudita et illi ressuscitati inciperent clamare quod adulterium erat sacrificium demonis in quo furtum, perjurium et duo carnis vicia simul offerabantur demoni in vituperium Dei.

Commentaire du document no 6. La recherche s'est faite sur un terme latin, non analysé du point de vue morphologique et syntaxique par SPIRIT, ce qui explique que la forme adulterii ne soit pas soulignée. Pour un terme français toutes les formes du lemme sont prises en compte.

77DOCUMENT no 7 : Saisie de données sous « ÉDITION pour SPIRIT» 

Cette version élaborée sous DOS (facilement accessible sur n'importe quel PC) permet de saisir les champs sans avoir à saisir les codes et numéros ($$3) sources d'erreurs.

78DOCUMENT no 8 : Récupération de données sous ÉDITION pour SPIRIT

79Ce programme élaboré pour WINDOWS permet à la fois de saisir et récupérer des données déjà saisies sous traitement de texte.

Haut de page

Notes

1  L'enquête sur les exempla médiévaux a été lancée par Jacques Le Goff. Elle est actuellement dirigée par Jacques Berlioz et moi-même. Nous l'avons présentée dans les Cahiers du Centre de Recherches Historiques, no 11, octobre 1993, p. 27-33. Pour une présentation d'ensemble du corpus : J.-Th. Welter, L'exemplum dans la littérature religieuse et didactique du Moyen Age, Paris, Toulouse 1927, Reprints Genève : Slatkine, 1973

2  John Esten Keller, Motif-Index of medieval Spanish exempla, Knoxville, University of Tenessee, 1949. D. P. Rotunda, Motif-Index of the Italian Novella in Prose, Bloomington, Indiana, 1952. On trouvera une synthèse sur le motif narratif dans Anita Guerreau-Jalabert, Index des motifs narratifs dans les romans arthuriens français en vers (xiie-xiiie siècles), Genève, Droz, 1992, p. 6-15.

3  Frederic C. Tubach, Index Exemplorum. A handbook of medieval religious tales, Helsinki, FFC Communications no 204, 1969, rééd.1981. Il a été imité et augmenté pour L'index exemplorum paleobomicorum de Karel Dvorak, Prague, Univerzita Karlova, 1978.

4  J. A. Herbert, Catalogue of Romances in the Department of Manuscripts in the British Museum, vol. 3, Londres, 1910, (Reprint Bath, 1962). Antti Aarne, The types of the Folktale, a classification and a bibliography, translated and enlarged by Stith Thompson, 2e éd. Helsingfors, 1961, (FFC 184). Stith Thompson, Motif-Index of Folk-Literature, Copenhague, 1955-58, 6 vols.

5  J. Berlioz, M.-A. Polo de Beaulieu, Les exempla médiévaux. Introduction à la recherche suivie des Tables critiques à l'Index exemplorum de F.C. Tubach, GARAE/Hésiode, Carcassonne, 1992, p. 285-291. Ces renvois à l'Index Exemplorum de F. C. Tubach peuvent le cas échéant être revus, complétés ou commentés par la mention var. (pour variante) ou le point d'interrogation (?) qui indique nos hésitations devant les regroupement proposés.

6  Thésaurus des Images Médiévales, GAHOM, EHESS, 1994.

7  Logiciel SPIRIT développé par la société Technologie Gestion Informatique Documentaire (T.GID) filiale du groupe Technologies. Implanté au centre serveur de l'université de Limoges. Il peut gérer des volumes considérables de données. M. Cocaud, Mémoire Vive, Décembre 1993, no 10, p. 21-27 compare les avantages des principaux systèmes de gestion des bases de données (SGBD) disponibles sur le marché. Cet article met en valeur les qualités de SPIRIT.

8  Logiciel EDITION POUR SPIRIT développé par la société POINT.EXE en deux versions : sous DOS pour la simple saisie de données, sous WINDOWS pour la saisie et la récupération de données. Logiciel acquis en commun par la Formation Histoire des Idées et des Lettres de l'ENS de Fontenay-Saint Cloud et notre groupe de recherches.

9  G. Blangez, membre de notre groupe de recherches, a préparé une base de données sous DBASE en proposant de nouveaux résumés-types d'exempla – nous ne partageons pas ce point de vue méthodologique, mais échangeons de nombreuses données, sur des recueils d'exempla souvent inédits (le Bonum Universale de Apibus, le manuscrit Royal 7 D I du British Museum) et sur des genres apparentés : notamment l'hagiographie (la Légende Dorée), les fables (L. Hervieux, Les fabulistes latins depuis le siècle d'Auguste jusqu'à la fin du Moyen Age, Paris, 1893-99), et les Miracles de la Vierge.

10  Afin de tenir à jour la base de données BIBLIEX nous envoyons régulièrement à un réseau de correspondants des fiches bibliographiques à remplir et à diffuser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Anne Polo de Beaulieu, « Exempla - Banque de données des récits exemplaires du Moyen Âge », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques [En ligne], 14-15 | 1995, mis en ligne le 27 février 2009, consulté le 27 mai 2017. URL : http://ccrh.revues.org/2669 ; DOI : 10.4000/ccrh.2669

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Revues.org