Navigation – Plan du site

Base de données de l'enquête des 3 000 familles

Jacques Dupâquier

Texte intégral

1Rappelons brièvement que l'enquête sur la mobilité géographique et sociale en France, dite « Enquête des 3 000 familles », repose sur la reconstitution de la descendance patronymique d'un échantillon représentatif de 3 000 couples formés en France au début du xixe siècle.

2Pour suivre les individus dans leurs déplacements au xixe siècle, on a dépouillé systématiquement les tables décennales de l'état civil de toutes les communes de France pour la période 1803-1902, afin d'y relever toutes les mentions concernant les individus de patronyme TRA. D'où un premier fichier.

3Pour établir les liens généalogiques entre ces individus, on a relevé le contenu des actes de mariage correspondants. D'où un second fichier.

4Pour achever la reconstitution des familles au xxe siècle, on a obtenu communication par l'INSEE, avec l'accord de la CNIL et du Conseil d'État, d'un extrait du Répertoire national d'identification des personnes physiques, comportant mention des lieux et dates de naissance des personnes de patronyme TRA nées depuis 1945, ou nées auparavant mais encore en vie en 1970. D'où un troisième fichier (non consultable).

5Enfin sur ces bases, on s'est procuré les actes de naissance eux-mêmes (42 123 actes sur un total de 52 999 mentions au fichier) et on les a fait informatiser. D'où un quatrième fichier (également non consultable).

6Voici donc la description des deux bases de données communicables (sous réserve).

Les tables décennales de la période 1803-1902

7Cette base comporte les informations utiles pour identifier, localiser et dater les actes de naissance, mariage et décès des individus de patronyme TRA, qu'ils fassent ou non partie de l'échantillon : lieu (département et commune), date (jour, mois, année), nom et prénoms de l'individu sujet de l'acte, nom et prénoms du conjoint pour les mariages.

8En principe, toutes les tables décennales du xixe siècle ont été dépouillées (1 100 000 documents environ), il y a des manques inévitables (destructions d'archives, en particulier à Saint-Lô et à Saint-Dié). En outre, les correspondants n'ont pas toujours systématiquement communiqué la liste des tables dépouillées où ils n'avaient pas trouvé de mention d'actes TRA. Il n'en reste pas moins que cette base comporte une masse énorme d'informations : 88 004 mentions d'actes de naissance, 46 556 actes de mariage, 77 492 actes de décès.

9Ces informations sont codées dans des fichiers « texte », avec un format d'enregistrement unique dans lequel les informations sont séparées par des tabulations : lieu, date, type d'acte, nom, prénoms, suivi de deux champs dont le second n'est rempli que pour les mariages et comporte les noms et les prénoms du conjoint non TRA.

10Ce fichier a fait l'objet d'un contrôle systématique, qui a permis d'éliminer un certain nombre de fautes de saisie. On a détecté aussi, par recoupement avec d'autres données (fichier INSEE) quelques manques qui peuvent tenir à la mauvaise tenue des tables décennales elles mêmes, où à des oublis (les actes de mariage des femmes, n'étant pas classés par ordre alphabétique, ont parfois échappé aux correspondants). Ce fichier est actuellement en cours de mise en forme afin d'éviter les variantes orthographiques, principalement au niveau des lieux.

Les actes de mariage de la période 1803-1902

11Tous les actes de mariage relevés dans les tables décennales pour cette période ont été relevés sur fiches normalisées, puis informatisés, à l'exception des mentions concernant les témoins, l'existence d'un contrat de mariage et les reconnaissances d'enfants (ces données seront saisies ultérieurement si nécessaire pour l'enquête).

12L'informatisation de ce fichier a posé des problèmes, notamment pour la reconnaissance et le codage des noms de lieux, ce qui nous a amenés à constituer un fichier annexe (lieux). Après contrôle, corrections et ajouts, ce fichier est devenu disponible en juillet 1993.

13L'enregistrement commence par un en-tête indiquant la date de l'acte et le code INSEE actuel du lieu de l'acte. Les informations suivantes apportent les renseignements sur les personnages cités : nom, prénoms, date (avec indication de la nature de la date, décès ou naissance), lieu d'origine, lieu de résidence, l'état ou la profession exercée et un code signature (N ou S).

14Ce fichier concerne 45 073 mentions de mariage, dont 24 478 concernent des hommes et 20 593 des femmes TRA. Cet écart résulte en partie de la plus grande fréquence des remariages de veufs, en partie du fait qu'un certain nombre de mariages de femmes (18 % environ) ont échappé aux correspondants car ils ne sont pas classés par ordre alphabétique sur les tables décennales. Cependant, la plupart de ces actes pourront être repérés lors de la reconstitution grâce au contenu des actes de décès. Une fois complété, ce fichier devrait contenir environ 50 000 actes (certains actes mentionnés sur les tables décennales n'ont pu être retrouvés).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Dupâquier, « Base de données de l'enquête des 3 000 familles », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques [En ligne], 14-15 | 1995, mis en ligne le 27 février 2009, consulté le 21 août 2017. URL : http://ccrh.revues.org/2661 ; DOI : 10.4000/ccrh.2661

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Revues.org