Navigation – Plan du site
Des pratiques professionnelles aux pratiques sociales

Acheter ou transmettre un office à Auxerre (fin du xvie siècle – première moitié du xviie siècle)

Jean-Paul Desaive

Texte intégral

Sources

  • 1  Line Skórka, « Les Notaires et la Révolution à Auxerre », Les Hommes de la Révolution dans l'Yonne (...)
  • 2  Christian Sapin (dir.), xvie Document d'évaluation du patrimoine archéologique des villes de Franc (...)

1Chef-lieu d'un comté et d'un évêché, siège d'un bailliage et présidial, d'un grenier à sel, d'une prévôté, d'une lieutenance de maréchaussée, d'une juridiction consulaire, résidence d'une quinzaine de notaires royaux1, Auxerre, ville moyenne dont la population tourne autour de 2 500 feux pendant tout l'Ancien Régime (avec de fortes fluctuations)2 est par excellence une ville d'officiers moyens et par voie de conséquence de petits officiers, la présence des uns entraînant celle des autres.

  • 3  Henri Forestier, Extraits analytiques des minutes déposées aux archives de l'Yonne par Me André Gu (...)

2Les archives du bailliage d'Auxerre ne sont conservées qu'à partir de 1697 pour tout ce qui concerne les procès-verbaux de réception ou d'installation des officiers de tout rang, elles ne présentent donc qu'un intérêt « anticipatif » pour qui cherche à connaître la conjoncture de l'office pour des périodes antérieures. En revanche, les minutes notariales, systématiquement déposées aux Archives départementales, et analysées (utilement mais très partiellement) par l'archiviste Forestier3 renseignent sur divers aspects de la transmission des offices à Auxerre depuis le milieu du xvie siècle. Ce sont quelques-uns de ces aspects que l'on retiendra aujourd'hui, en insistant d'emblée sur le fait que ne recueillir ses informations que des seules sources notariales locales, si riches soient-elles, constitue un handicap. D'abord parce que les officiers qui s'y rencontrent un peu au hasard des liasses ou des inventaires, forment un groupe très hétérogène, groupant pêle-mêle les petits et les moyens, des sergents royaux et simples procureurs aux conseillers du roi, lieutenant général ou lieutenant criminel au bailliage et siège présidial. Ensuite parce qu'il manque à ces officiers le volet royal et parisien (notaires au Châtelet, cour des aides, parlement) des provisions d'offices, des conflits portés en appel, des droits perçus, des augmentations de deniers improvisées par un pouvoir toujours à court d'argent. En revanche, on peut tirer parti des généalogies publiées, généalogies « bourgeoises » au sens large, qui explorent tout le spectre social depuis les vignerons et artisans urbains jusqu'aux grands lignages mêlant généralement riches marchands et officiers royaux ou seigneuriaux. Depuis une vingtaine d'années, des sociétés de généalogistes amateurs ont fait un travail remarquable en Bourgogne comme ailleurs, et l'historien a tout lieu de s'en féliciter, même si ses préoccupations sont différentes.

Types d'actes où figure l'office

3Il serait certainement possible d'esquisser une typologie des actes notariés relatifs aux offices et de les classer par ordre de fréquence, mais pour qu'elle soit fiable, elle demanderait le dépouillement de plusieurs centaines ou milliers d'actes rédigés dans plusieurs études pour la même période (1550-1650 par exemple), chaque étude ayant à la fois sa clientèle spécifique et semble-t-il ses spécialités : il en est qui abondent en marchés d'ouvrages, d'autres en baux de maisons et de terres, d'autres en contrats de mariages et en testaments, sans que la localisation de l'étude dans telle ou telle paroisse paraisse déterminante. En première approximation, non validée par un dépouillement statistique, il paraît cependant qu'à Auxerre, entre 1570 et 1650, l'acte notarié le plus fréquent, concernant les offices est la procuration donnée par un officier titulaire afin de

[…] résigner et remettre son estat et office entre les mains [du roi, du chancelier ou du garde des sceaux], pour en disposer et faire expédier lettres de provision, sous le bon plaisir de Sa Majesté, au proffit de [tel ou tel, précisément désigné], et non d'autre.

La formule standardisée de cette procuration, où le nom du procureur est presque toujours laissé en blanc, s'emploie aussi bien pour les offices les plus prestigieux que pour les plus humbles. Elle reproduit d'ailleurs quasiment terme à terme la procuration ad resignandum des bénéficiers ecclésiastiques, sauf que celle-ci se fait entre les mains du Saint Père, de son vice chancelier etc. Il existe à la fois des résignations effectives et des résignations anticipées, en particulier dans les contrats de mariage où un père disposant d'une partie de ses biens en faveur de son fils ou de son gendre, annonce qu'il résignera son office en sa faveur, mais toujours « sous le bon plaisir de Sa Majesté », car la transmission héréditaire reste aléatoire.

4Le tableau de la page suivante résume une série de procurations-résignations.

5À première vue, on pourrait croire que l'office, à Auxerre et pendant cette période (fin xvie – début xviie), ne s'achète pas, ne se vend pas : il se transmet, le plus souvent de père à fils (dans 6 cas sur 12), ou de grand-père à petit-fils, d'oncle à neveu, de frère à frère, etc. Quelques bénéficiaires (de petits offices) ne semblent pas avoir de lien de parenté avec le résignant. À l'origine, pourtant, il a bien fallu un premier acquéreur ! Il est probable que ce type de transaction échappe le plus souvent à la compétence des notaires auxerrois : c'est le roi qui crée et vend des offices, est-ce devant ses notaires au Châtelet que la vente au premier titulaire a lieu ?

  • 4  Sur « l'inflation du nombre des offices à l'époque moderne », voir Noël Landou, « Le Marché de l'o (...)
  • 5  Par exemple : liasses du notaire Leclerc, Archives départementales de l'Yonne (ADY), 3 E 6 /322-32 (...)

6Il faut tenir compte aussi de la chronologie propre des créations d'offices. Si leur importance devient « palpable » dans les actes notariés à partir de la fin du xvie siècle, c'est qu'ils ont été créés massivement à cette époque, en tout cas beaucoup plus que sous le règne des avant-derniers Valois4 : dans les années 1562-1568, par exemple, les actes mentionnant les offices à quelque titre que ce soit sont rarissimes chez tel notaire auxerrois, bien qu'il compte nombre d'officiers parmi ses clients5. On voit ceux-ci passer des baux de vignes et de métairies, constituer des rentes, signer des contrats de mariage, tester, sans que leur qualité d'officiers évoque jamais la manière dont ils le sont devenus. En somme, tout se passe comme si, lorsqu'il apparaît fréquemment mentionné dans les minutes notariales, à partir des règnes de Henri III et surtout de Henri IV, l'office était entré dans les mœurs « à la génération précédente », à la fois comme moyen de promotion sociale et comme élément du patrimoine familial. Quelle est en effet la nature des actes dans lesquels il figure le plus souvent ? Après les résignations déjà mentionnées, ce sont les contrats de mariage qui comportent les indications les plus explicites et dont six tableaux, figurant en annexe, résument les principales dispositions.

  • 6  Etienne Meunier, « La Famille (de) Fouldriat de Coulanges-la-Vineuse et d'Auxerre », Cahiers généa (...)

7Le contrat de mariage, est très classiquement l'événement qui crée ou renouvelle une alliance entre deux lignées dont l'une au moins détient un office et le transmet ou promet de le transmettre à cette occasion : les croquis généalogiques touffus qu'il faudrait joindre à chaque tableau montrent combien est dense le réseau de notables présents dès la signature du contrat, avant de l'être à la cérémonie du mariage qui le suit ordinairement le jour même ou le lendemain. Même quand un non officier épouse une fille d'officier, ou l'inverse, la parentèle des futurs compte toujours des officiers dans leur ascendance. Par exemple, Charles Foudriat, qualifié d'écuyer, seigneur de Goudeau, est fils d'Étienne, également écuyer et seigneur du même fief, mais petit-fils d'Olivier, lieutenant particulier au bailliage d'Auxerre6 dont le frère aîné Palamèdes fut maître des requêtes et conseiller du roi en ses conseils d'État et privé († 1626). L'épouse de Charles lui apporte l'office de lieutenant au grenier à sel d'Auxerre (1632). Sa mère Françoise Hobelin est sœur d'un élu en l'élection…

  • 7  Beaucoup de dynasties d'officiers auxerrois de la seconde moitié du xvie siècle et du xviie siècle (...)

8On voit bien en même temps (pour autant que six exemples suffisent) que la transmission d'un office se fait certes à l'occasion d'un mariage et qu'elle consacre en quelque sorte l'entrée d'un homme jeune, appartenant à une bourgeoisie déjà bien en place depuis la fin du xve ou le début du xvie siècle7, dans le cursus honorum qui fera de lui un notable de plein droit. Mais on voit aussi que le contrat de mariage est souvent assorti de garanties pour le titulaire en place, qui parfois se réserve l'exercice effectif de sa charge, dont le donataire sera par conséquent investi de manière fictive : c'est le cas pour Edme Vincent (tableau II) qui en mariant son fils Antoine, avocat et licencié ès lois, promet de résigner en sa faveur sa charge de lieutenant en la prévôté, mais à condition d'en garder l'exercice ; ou encore (tableau IV) pour un procureur au bailliage et sa femme qui dans une première version du contrat de mariage de leur fils (lui aussi qualifié de procureur comme son père) promettent de le faire recevoir procureur au bailliage dans les deux ans qui suivront le mariage. Ce délai passé, le père devra se démettre de sa propre charge en faveur de son fils. Mais dans le contrat définitif, établi quelques jours plus tard, toute clause relative à l'office disparaît, le père l'a donc gardé pour lui, quitte à le résigner plus tard.

9Ce sont peut-être ces transmissions anticipées qui expliquent le fait que si souvent un père et son fils, par exemple, sont désignés comme titulaires du même office, assorti des mêmes qualificatifs honorables, alors que seul le père exerce effectivement la charge en question ?

10D'une manière générale, enfin, les clauses relatives à la transmission d'un office inscrites dans un contrat de mariage y tiennent peu de place au regard des articles, nombreux et détaillés, qui énumèrent la dotation en biens immobiliers que les parents des futurs leur consentent, à titre d'avancement d'hoirie ou autrement. Métairies, labourages, avec leurs bâtiments d'exploitation, sont localisés avec précision, avec leurs superficies et le montant des loyers en nature « baux à moison » que versent leurs fermiers ; une égale attention est portée aux vignes, moulins ou à la maison ou portion de maison que le jeune ménage va pouvoir occuper à Auxerre. De même, les clauses relatives aux bagues et joyaux, au douaire de l'épouse survivante, à ce que chacun des conjoints prendra par préciput au cas où il survivrait à l'autre, tout cela est énuméré avec soin, de sorte que l'office semble presque mentionné en passant… sauf en ce qui concerne son prix, qui figure assez souvent dans le contrat. L'existence de l'office se manifeste également par un autre biais, celui des livres. En effet, quand ils se marient, nos officiers fraîchement émoulus ou attendant d'être pourvus se réservent presque toujours, en cas de disparition de leur conjointe, outre les vêtements à leur usage et leur chambre garnie, leurs livres, armes et cheval de selle. Autant les armes et le ou les chevaux constituent un signe de statut social dans l'ensemble de la bourgeoisie aisée et bien sûr dans la noblesse, autant le fait d'avoir des livres et de s'en réserver l'usage constitue un signe distinctif d'appartenance au monde des gens plus ou moins « nourris aux lettres » que sont les officiers en général, les ecclésiastiques, les hommes de loi et les médecins. Les marchands, même aisés, ont peu ou n'ont pas de livres, et ne les mentionnent jamais dans leurs contrats de mariage. On note aussi chez tel procureur le souci de préserver dans l'avenir la « praticque de son estude » (mariage Claude Bourgoin 1618) ou chez un notaire et procureur « ses nottes et pappiers concernans sa praticque de procureur et estat de notaire » (mariage de Loys Tribolle, 1564).

  • 8  L'inventaire de Me Edme Bourgoing, procureur au bailliage et siège présidial d'Auxerre, dressé à l (...)
  • 9  Dame Marie Delye, veuve de Me Jehan Naudet, vivant avocat du roi au bailliage et siège présidial d (...)

11On retrouve ces livres dans les inventaires, mais ce serait un autre sujet que d'analyser le contenu des bibliothèques d'officiers, parfois plus que sommaires chez un procureur8, parfois riches de plusieurs dizaines ou même centaines d'ouvrages chez certains magistrats ou même simples avocats9. Le tableau ci-dessous donne les prix de certains offices, tels qu'ils sont évalués par leurs possesseurs :

Le paradoxe des inventaires

12Un des charmes des archives notariales auxerroises (et plus encore, s'il est possible, sénonaises) réside dans la rigueur et le soin avec lesquels sont rédigés les inventaires après décès, qui s'achèvent généralement par une analyse en apparence exhaustive des « titres, papiers et enseignements » délaissés par le ou la défunte, en fait par un couple sous le régime de la communauté. Au fur et à mesure que le notaire répertorie et classe les actes de la succession, il les marque d'une lettre par ordre alphabétique. Arrivé au terme de l'alphabet, il recommence, en accolant à chaque lettre un chiffre : D vi par exemple quand il revient pour la sixième fois à la lettre D ; M xii, pour la douzième fois à la lettre M, etc. Car il parcourt jusque quinze à vingt fois l'alphabet, en autant d'analyses d'actes dûment « cottées ».

  • 10  Inventaire de « L'esleu Marie », mentionné ci-dessous, note 14.
  • 11  Tableau des prix, supra.
  • 12  ADY – 3 E 7 / 60 (19 juin 1656).

13Or, on ne peut manquer d'être intrigué par l'absence ou la quasi-absence de documents concernant l'acquisition ou la transmission des offices, dans ces chartriers familiaux si soigneusement tenus que l'on y conserve, par exemple, des liasses entières de baux à cheptel ou de menues obligations de « personnes insolvables », tombées en non-valeurs (pour quelques milliers de livres tournois quand même)10. Mais l'office, qui en vaut parfois quelques milliers11, et qui semble essentiel dans la détermination du rang social de son titulaire, est quasiment passé sous silence. Les circonstances de son acquisition, par héritage ou par achat, les taxes qu'il faut acquitter pour l'obtenir et le garder ; les gages qu'il assure ; les modalités de sa résignation éventuelle, c'est comme si tout cela n'entrait pas en ligne de compte dans la gestion d'un patrimoine et dans les traces qui en subsistent. Prenons l'exemple des Duvoigne, dont un texte de 1642 montre combien on s'y préoccupe de conserver à tout prix la charge devenue héréditaire de lieutenant particulier au bailliage. Melchior, premier (?) titulaire de l'office et seigneur du Bréau épouse en premières noces Dame Anne Cloppet, qui meurt en 1595. Parmi les nombreux titres et papiers de leur communauté, c'est tout juste si l'on trouve un seul acte par lequel un certain Guillon, « receveur des gaiges de Messieurs les Officiers du bailliage d'Auxerre », reconnaît être dû audit Sr du Bréau pour ses gages, la somme de 121 écus sol., outre une autre somme au chiffre peu lisible. Rien sur la charge elle-même. On a plus de détails dans l'inventaire, nettement plus tardif (1656) de noble Jehan Marie, élu en l'élection d'Auxerre12. Dans sa jeunesse, il avait été pourvu de l'office de commissaire des tailles de la paroisse de Migé et la quittance de finances (« 580 l. d'un costé et 29 l. de l'autre ») qui lui fut donnée en 1617 pour jouir de cette sinécure est archivée sous la cote G. xv de ses titres et papiers. Plus tard, il acheta l'état et office de conseiller du roi, élu en l'élection d'Auxerre, mais l'analyse du contrat (coté D. xiii) ne mentionne ni la date, ni le prix de cette acquisition autrement plus importante. Est-ce hasard, ou volonté délibérée ?

  • 13  Inventaire de feue Honneste femme Anne Vaussin, femme de Me Pascal Torynon, procureur au bailliage (...)

14Chez beaucoup d'autres détenteurs d'offices, les inventaires successoraux restent complètement muets sur la carrière publique du défunt, alors qu'ils abondent en précisions sur leurs métairies, leurs fermages, leurs rentes, obligations et autres cédules. C'est vrai, quelle que soit l'époque et quelle que soit l'importance de l'office : le superbe inventaire des papiers de Pascal Torynon, simple procureur au bailliage, veuf en 1568, n'apporte pas plus d'informations sur son modeste office que celui de Germaine Leclerc, veuve de Claude Symonet, procureur du roi en l'élection et grenier à sel, en 165513. Même la mention du livre-journal dans lequel le défunt tenait ses comptes et gérait son patrimoine, semble ignorer la place qu'y tenait éventuellement l'office. La seule exception a été rencontrée chez un notaire de Sens, et concerne un grenetier alternatif au grenier à sel de cette ville. Il écrivait beaucoup et l'inventaire de ses titres et papiers, aussi long que détaillé, précise qu'il tenait

  • 14  Inventaire de Magdeleine de Couste, vve de feu noble homme Me Pierre Charmeux, 12 mars 1654 (ADY – (...)

[u]n registre ou Journal Couvert de parchemain… en forme d'Inventaire général de tous ses Immeubles, rentes, droictz et offices à luy appartenans, Contenant 190 feuillets tous escrips de sa main, que non escrips… Dans lequel registre et inventaire… s'est trouvé un cahier de papier contenant 12 feuillets… intitulé Estât des deniers employez et utillement colloquez depuis mon mariage qui fut au mois de may (1627)14.

15Comment expliquer la paradoxale absence ou l'extrême rareté des mentions de l'office dans les inventaires d'officiers auxerrois, alors qu'un au moins de leurs collègues sénonais gardait si soigneusement tous ses titres de possession et de gestion ? On ne peut invoquer la négligence, tant les autres titres et papiers sont répertoriés avec exactitude. À l'hypothèse en forme d'objection émise par Robert Descimon, touchant la nature meuble ou immeuble de l'office, variable suivant les coutumes, on peut répondre que justement les inventaires de titres et papiers ignorent cette distinction et analysent ou mentionnent pêle-mêle livres de comptes, baux de métairies et de cheptel, lots de partages, reconnaissances de rentes. Quand on connaît l'attachement des privilégiés pour leurs privilèges et les titres qui les garantissent, sans parler du secret des tractations intra familiales relatives aux alliances et aux patrimoines, le silence des inventaires au sujet des offices demeure une énigme. L'explication la plus simple pourrait être due à la fréquence, bien établie, des résignations anticipées, le titulaire d'un office transférant au résignataire (dont nous savons qu'il est souvent un proche parent) à la fois sa charge et les titres authentiques permettant de l'exercer. Quand le père meurt, son fils est déjà en possession des actes concernant l'office dont il hérite : donc, pas de traces dans l'inventaire. Mais ne faut-il pas aussi interroger l'histoire des représentations et le sens que pouvait avoir pour un bourgeois d'Auxerre la détention d'un office ? Mettait-il sur le même plan la possession d'une maison, d'une métairie, voire de rentes foncières dûment hypothéquées et la provision (provisio, même racine que provisoire !) d'un office ? Le patrimoine immobilier, enraciné dans le terroir, était-il à ses yeux de même nature que l'office, création artificielle du pouvoir royal, sujette à disparaître, dangereusement soumise à son bon plaisir (les deux mots qui reviennent dans toute résignation) ?

16Qu'il s'agisse bien, cependant, d'un patrimoine et que ce patrimoine ait un prix, quantité de textes en font foi. Prenons un exemple simple et caractéristique, puisqu'il s'agit d'un acte où le père, procureur au bailliage,

[…] pour se donner du Repos et descharge de quantité de mesnage par le moyen duquel Il a jusques à présent Conservé et autant qu'il a peu bonnement augmenter Les biens qu'il tient de Ses prédécesseurs & du chef de défuncte dame Claude Boursault Sa femme et… par luy acquis,

  • 15  « Partage des biens de Claudine Boursault entre Me Jean Richer & leurs Enfans », 31 octobre 1641, (...)

décide de partager ses biens entre ses cinq héritiers en cinq parts égales, comme il est de règle dans ce ressort coutumier15. Un croquis généalogique permet d'y voir clair :

Le partage de M'Jehan Richer (1641)

Le partage de M'Jehan Richer (1641)

17Pour maintenir en paix ses enfants et petits-enfants, Me Richer a donc, et notons le mot,

[…] dressé un (premier) estat des biens qui luy compectent en domaines, en cinq esgalles portions,

  • 16  ADY - 3 E 7 / 150, 30 août 1647.

chacune évaluée 3 400 livres, compris les rapports (de ceux qui ont rapporté leurs avances d'hoirie dans la masse de la succession) et déduction faite (« moins-prisée ») de ce qui a été donné à ceux de ses enfants qui ont été mariés. Les cinq portions réunies valent par conséquent 17 000 livres. Seule Bénigne, le benjamine, n'a pas été « pourveueny advantagée » de la part de son père. Elle reçoit donc, comme les autres, l'équivalent en biens fonciers de 3 400 livres. Elle épousera six ans plus tard un médecin de la faculté de Montpellier, fils d'un marchand de Toucy16. Le père se garde seulement l'usufruit de la maison où il demeure et un autre bâtiment. Puis il procède à un second partage, toujours en cinq lots égaux, « du reste de ses bastiments, prez et rentes », évalués en tout à 15 000 livres.

18Chacune des cinq parts provenant des deux partages additionnés vaut donc ( 3 400 + 3 000) = 6 400 livres, et le patrimoine global du procureur, 32 000 livres. Quant à l'office de procureur, en est-il question dans tout cela ? Oui, mais discrètement. Pour bénéficier du partage, nous avons vu que les enfants mariés avaient dû présenter leurs contrats de mariage et reconnaître ce qu'ils avaient reçu en dot. Me Claude, le second fils, déclare avoir reçu à cette occasion

La somme de 850 livres, scavoir 400 livres de Joyaux baillés à sa femme et 450 livres pour son office de procureur.

Autrement dit une somme dérisoire par rapport à un patrimoine, essentiellement composé de biens fonciers (de domaines comme dit le père) et de rentes, un patrimoine d'ailleurs en partie hérité des ancêtres, accru de celui de l'épouse, et « bonnement augmenté par quantité de mesnage » du vieux procureur. Il n'aura pas perdu son temps et son fils aîné, Jean, avocat en 1641, deviendra vers 1650 conseiller du roi et titulaire de la charge de président au bailliage, tandis que ses deux filles feront de bons mariages, l'une avec un secrétaire de Monsieur, frère unique du roi, l'autre avec un médecin.

19Ce partage paraît instructif à plusieurs égards. Me Jehan Richer n'est pas un self-made man. Il dit lui-même qu'il a bénéficié d'un patrimoine hérité de ses ancêtres, accru des biens apportés par sa femme. Ces biens, elle et lui les ont fait fructifier, sans que l'on sache dans quelles proportions la gestion soigneuse des domaines et l'exercice des tâches de procureur alimentaient la trésorerie du ménage (on peut penser que les profits, en cette période d'essor des loyers de la terre et des maisons, venaient surtout des baux de domaines et de cheptel, sans parler des prêts aux villageois). Il est clair en même temps que le procureur, modeste officier lui-même, a senti que l'office était une voie d'avenir et qu'il a éduqué ses enfants dans ce but : lors du partage, un des ses fils est déjà procureur, les deux autres ont fait des études de droit et sont avocats, comme son petit-fils Pierre Deschamps.

  • 17  Gaston Roupnel, La Ville et la campagne. Etude sur les populations, du Bas-Pays dijonnais dans la (...)

20Cet exemple illustre un phénomène général, jadis décrit par Gaston Roupnel17 : l'enrichissement matériel des aïeux précède souvent d'une ou plusieurs générations l'acquisition d'offices d'abord modestes et, en leur  mettant le pied dans l'étrier, facilite l'ascension sociale des héritiers, à la fois acquéreurs d'offices plus prestigieux et grands accapareurs de domaines et de rentes. Les archives notariales permettent de suivre les étapes du processus.

Annexes

L'office dans le contrat de mariage

Tableau I – Mariage Tribolle-Remon(d), 1564

Tableau I – Mariage Tribolle-Remon(d), 1564

Tableau II – Mariage Vincent-Le Roy, 1572

Tableau II – Mariage Vincent-Le Roy, 1572

Tableau III – Mariage Simonnet-tribole, 1604

Tableau III – Mariage Simonnet-tribole, 1604

Tableau IV – Mariage Bourgouin – Le Viste, 1618

Tableau IV – Mariage Bourgouin – Le Viste, 1618

Tableau V – Mariage Prévost-Marye, 1633

Tableau V – Mariage Prévost-Marye, 1633

Tableau VI – Mariage Foudriat-Richer, 1633

Tableau VI – Mariage Foudriat-Richer, 1633
Haut de page

Notes

1  Line Skórka, « Les Notaires et la Révolution à Auxerre », Les Hommes de la Révolution dans l'Yonne. Actes du colloque du bicentenaire, Auxerre, Comité des Sociétés savantes de l'Yonne pour le bicentenaire de la Révolution, 1991, t. I, p. 189-197.

2  Christian Sapin (dir.), xvie Document d'évaluation du patrimoine archéologique des villes de France. Auxerre, ministère de la Culture et de la Communication, Direction de l'architecture et du patrimoine, p. 66.

3  Henri Forestier, Extraits analytiques des minutes déposées aux archives de l'Yonne par Me André Guimard, Auxerre, 1954, 544 p.

4  Sur « l'inflation du nombre des offices à l'époque moderne », voir Noël Landou, « Le Marché de l'office au xviie siècle dans la Haute-Marche d'après les écrits du président au présidial de Guéret, Jean-Baptiste-Alexis Chorllon », Michel Cassan, éd., Les Officiers « moyens » à l'époque moderne, Limoges, Pulim, 1998, 399 p., p. 63-94.

5  Par exemple : liasses du notaire Leclerc, Archives départementales de l'Yonne (ADY), 3 E 6 /322-324 (1562-1568).

6  Etienne Meunier, « La Famille (de) Fouldriat de Coulanges-la-Vineuse et d'Auxerre », Cahiers généalogiques de l'Yonne, t. VIII, 1992, p. 25-46.

7  Beaucoup de dynasties d'officiers auxerrois de la seconde moitié du xvie siècle et du xviie siècle sont issues de notables de petites villes ou de bourgs ruraux : les Fouldriat viennent de Coulanges-la-Vineuse, les Le Briois d'Appoigny, les Chevalier de Clamecy, les Bargedé de Vézelay, les Regnauldin de Saint-Bris, les Thierriat de Saint-Florentin, etc. (Meunier, op. cit., p. 25).

8  L'inventaire de Me Edme Bourgoing, procureur au bailliage et siège présidial d'Auxerre, dressé à la demande de sa veuve en février 1611, est dans l'ensemble assez pauvre, et ne comprend notamment aucun tableau. À l'exception d'une paire d'heures, restées à portée de la main, les livres du défunt sont (depuis quand ?) entreposés au grenier et au nombre de neuf, couverts en parchemin et prisés ensemble 40 sols. Ce sont Les arrestes compilez par Papon ; le Coustumier d'Aucerre ; un Recueil des Ordonnances ; le traicté de Monsr. Le Maistre touchant les criées ; le Coustumier de Bourgongne en françois ; les Institutions forenses avec Lenchiridion d'Himbert (?), tous deux en françois ; le Coustumier de Paris ; et l'Instruction pour les advocatz faict par Saleron (ADY – 3 E 7 / 26, 18 février 1611).

9  Dame Marie Delye, veuve de Me Jehan Naudet, vivant avocat du roi au bailliage et siège présidial d'Auxerre, est en conflit avec (leur fils) Me Jehan Naudet, avocat en parlement, héritier par bénéfice d'inventaire du défunt. Une transaction aboutira au partage en cinq de la bibliothèque & livres dudict defunctz, valant en tout 258 l.t. (ADY – 3 E 14 / 151 – 16 avril 1611). Les livres ne sont pas énumérés, à l'exception d'une bible et d'un Sintagma iuris, mais ils devaient être nombreux, puisque leur prix global est 129 fois plus élevé que celui de la mini bibliothèque du procureur, la même année. L'inventaire de Me Claude Fauvelet, autre avocat mais au bailliage de Sens, en 1640, comporte 121 titres distincts dont le Malleum (sic) maleficiarum, les Vies de Plutarque et la République de Bodin, mais aussi des paquets de vieux livres réunis par six ou par douze et non décrits (ADY – 3 E 22 / 338 – 16 avril 1640).

10  Inventaire de « L'esleu Marie », mentionné ci-dessous, note 14.

11  Tableau des prix, supra.

12  ADY – 3 E 7 / 60 (19 juin 1656).

13  Inventaire de feue Honneste femme Anne Vaussin, femme de Me Pascal Torynon, procureur au bailliage et siège présidial d'Auxerre, 28 août 1568 (ADY – 3 E 6 /324) ; inventaire de dame Germaine Leclerc, veuve de feu noble Claude Symonet, vivant procureur du roy en leslection et grenier à scel d'Auxerre, 7 janvier 1655 (ADY – 3 E 6 / 448), 28.

14  Inventaire de Magdeleine de Couste, vve de feu noble homme Me Pierre Charmeux, 12 mars 1654 (ADY – 3 E 22 / 343 bis). Au registre ci-dessus s'ajoutent deux sacqs de thoille Eticquetez Et Cottez provisions et quittances de l'office de grenetier alternatif et Moitié du triennal au Magazin a Scel de Sens… ;

Item un autre sac de thoille pâreillement Estiqueté et Cotté… Lettres de provision Et autres pièces

Concernans mon office de Conseiller au bailliage et siège de Sens ;

Item, un autre sac de thoille.. Intitulé pièces Concernans l'office de greffier des présentations di bailliage Et prévosté de Montereau… ;

Au feuillet huict dud. Journal est faict mention des droicts héréditaires de l'office de controlleur au grenier à Scel de Montereau, appartenant aud. défunct Sr. Charmeux par la succession de feu Me Simon Charmeux son frère, controlleur alternatif avec moitié du triannal (sic) audit grenier ; quatre deniers obolle à prendre héréditairement… sur chacun minot de Sel vendu audit grenier, dont led. défunct ne jouist que de trois deniers présentement, La vefve de sondit frère Jouissant d'un denier obolle Et partant… dans les quittances de finances Et des deniers fournis pour l'acquisition des dix-huict deniers attribuez aud. office par lesd. quittances, appartient le quart audit deffunct, lesd. quittances de finances… estans demeurées es mains de dam.lle Jeanne Charmeux sa Sœur à qui les autres trois quarts appartiennent…

15  « Partage des biens de Claudine Boursault entre Me Jean Richer & leurs Enfans », 31 octobre 1641, ADY – 3 E 7/144.

16  ADY - 3 E 7 / 150, 30 août 1647.

17  Gaston Roupnel, La Ville et la campagne. Etude sur les populations, du Bas-Pays dijonnais dans la première moitié duxviie siècle, Paris, Leroux, 1922, rééd. Paris, A. Colin, 1955, 395 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Procurations en vue de résignations d'offices
URL http://ccrh.revues.org/docannexe/image/2262/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://ccrh.revues.org/docannexe/image/2262/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://ccrh.revues.org/docannexe/image/2262/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://ccrh.revues.org/docannexe/image/2262/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://ccrh.revues.org/docannexe/image/2262/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Le partage de M'Jehan Richer (1641)
URL http://ccrh.revues.org/docannexe/image/2262/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau I – Mariage Tribolle-Remon(d), 1564
URL http://ccrh.revues.org/docannexe/image/2262/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Tableau II – Mariage Vincent-Le Roy, 1572
URL http://ccrh.revues.org/docannexe/image/2262/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Tableau III – Mariage Simonnet-tribole, 1604
URL http://ccrh.revues.org/docannexe/image/2262/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Tableau IV – Mariage Bourgouin – Le Viste, 1618
URL http://ccrh.revues.org/docannexe/image/2262/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Tableau V – Mariage Prévost-Marye, 1633
URL http://ccrh.revues.org/docannexe/image/2262/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Tableau VI – Mariage Foudriat-Richer, 1633
URL http://ccrh.revues.org/docannexe/image/2262/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Desaive, « Acheter ou transmettre un office à Auxerre (fin du xvie siècle – première moitié du xviie siècle) », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques [En ligne], 23 | 1999, mis en ligne le 17 janvier 2009, consulté le 27 juin 2017. URL : http://ccrh.revues.org/2262 ; DOI : 10.4000/ccrh.2262

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Desaive

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Revues.org